RMC

Nouvelle hausse du prix du gaz: qui est concerné?

Le prix du gaz augmente encore. Plus 5,3% pour les tarifs réglementés en août, après une hausse de 10 % en juillet.

La hausse des prix du gaz n’est pas la même pour tout le monde. Dans le détail, les prix vont augmenter de 1,6% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 3,3% pour ceux qui se servent du gaz pour la cuisson et l’eau chaude, et de 5,5% pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Prenons l’exemple d’un ménage qui a tout au gaz et donc dépense environ 1000 euros par an. La facture s’alourdira de 5 à 10 euros par mois. Cette hausse s’applique pour les tarifs réglementés d’Engie qui touchent seulement trois millions de personnes sur les 11 millions qui consomment du gaz.

>> A LIRE AUSSI - Hausse du prix du gaz: comment éviter de payer trop cher?

Mais tous les autres clients qui ont souscrit à des offres avec d’autres fournisseurs de gaz risquent de voir aussi leurs factures augmenter, car bien souvent, leur prix est indexé sur ces tarifs réglementés. Seuls les consommateurs ayant opté pour une offre à prix fixe ne sont pas concernés.

Pourquoi ça augmente autant?

D’abord, car la demande repart à la hausse. En raison de la reprise économique, surtout en Chine et au Japon. Mais la demande est aussi plus forte en Europe pour reconstituer les stocks, fortement sollicités cet hiver et l’approvisionnement a été plus compliqué ces derniers mois.

Mais ce n’est pas la seule raison. Le prix des émissions du CO2, du dioxyde de carbone augmente donc pour produire de l’électricité, en attendant le développement des énergies renouvelables, on préfère les centrales à gaz plus propres aux centrales à charbon ce qui contribue également à accroître la demande.

Ce sont les explications de la commission de régulation de l’énergie, mais la CGT n’y croit pas du tout. La centrale syndicale dénonce une hausse délirante et injustifiée des tarifs du gaz et selon elle la fin des tarifs réglementés du gaz prévue au 1er juillet 2023 risque d’empirer la situation.

Il n’y a pas que le gaz qui augmente ce mois-ci, l’électricité aussi

Plus 0,48% pour les consommateurs résidentiels et plus 0,38 % pour les professionnels. Ce sont les tarifs “bleus” qui augmentent. Concrètement, cela représente environ 4 euros par an sur la facture d’un client résidentiel et 6 euros par an pour un professionnel, selon la commission du régulateur de l’énergie.

Cette hausse marginale est liée au réseau, au raccordement des réseaux d’électricité, mais le prix de l’électricité augmente sur le marché de gros. Ce qui laisse craindre une flambée des prix en février 2022, car contrairement au prix du gaz qui est réévalué chaque mois, celui de l’électricité ne l’est que deux fois par an.

Face à ces hausses, la précarité énergétique s’accroît. Près d’un Français sur cinq a du mal à payer ses factures, dont près d’un jeune sur trois selon le Baromètre National du Médiateur de l’Énergie de l’an dernier, une tendance à la hausse par rapport à 2019.

Caroline Philippe avec Guillaume Descours