RMC

Oléron: des habitants mettent la main à la poche pour empêcher la construction d'un McDonald's

Ils sont prêts à tout pour éviter la construction d'un McDonald's sur leur commune. Sommée par la justice de verser 300 euros par jour de pénalité pour avoir refusé de délivrer le permis de construire, la mairie peut compter sur le soutien des élus de la majorité et des habitants, qui mettent la main à la poche.

C’est l’histoire d’un maire prêt à tout pour empêcher la construction d’un McDonald's sur sa commune d’environ 3.000 habitants. Le conseil municipal de Dolus-d’Oléron, sur l’Île d’Oléron, a refusé de délivrer le permis de construire le 21 septembre alors qu’il avait un mois pour le faire, dernier épisode d'un combat contre l’enseigne américaine qui dure depuis 2014. Sauf que le tribunal administratif lui impose de le faire, et contraint, depuis le 22 octobre, la petite commune ostréicole à payer des pénalités de retard: soit 300 euros par jour. Depuis, les élus locaux et les habitants se mobilisent pour que les finances de la ville ne soient pas mises en danger.

"Quand on a des convictions, il faut aller au bout"

Le maire d'abord. "J'ai mis 4 mois d'indemnités, soit 5.000 euros, explique Grégory Gendre. Si on veut aller au bout de ses convictions, à un moment donné, il faut s'engager pour de vrai". "Le modèle économique et le modèle de développement agricole de cette enseigne, ne correspondent pas aux valeurs qui sont les nôtres", justifie-t-il. Sept conseillers municipaux ont eux aussi mis la main au portemonnaie, comme Yvette. "Je m'engage à mettre 200 euros tous les mois. Cela représente la moitié de mon indemnité d'adjointe aux affaires scolaires. On a mis en place la cantine bio, et je ne me vois pas emmener mes enfants manger au McDo".

Le geste du maire et des 15 élus du conseil municipal issus de la majorité représente, sur un mois, 9.000 euros environ. Ils sont rejoints dans leur combat par des habitants, soucieux de ne pas voir de McDo sur leur île, et qui ont déjà versé 4.500 euros de dons. "Je ne suis pas très riche alors j'ai donné 10 euros", dit Micheline, une habitante, pour qui McDonald's "ne correspond pas à la station balnéaire d'Oléron".

"Tout ce combat ne servira à rien"

Si rien ne bouge pendant un an et que le recours n’aboutit pas, Dolus-d’Oléron devra verser en tout 131.000 euros. Une hérésie selon Philippe Villa, élu de l’opposition, et propriétaire du terrain censé accueillir le McDo. "Tout ce combat ne servira à rien. Au bout du bout, le McDonald's s'installera puisque nous sommes en zone commerciale. Tous les feux sont au verts, les services de l'Etat ont approuvé et ont émis un avis favorable au projet. Le tribunal administratif a condamné trois fois le maire. Il fait appel de cette décision... Il va ruiner la commune."

P. G. avec Anaïs Denet