RMC

On a commencé par les produits apéritifs pour dédramatiser le fait de manger des insectes

Criquets, vers de farine, grillons, barres protéinées... Le choix est diversifié.

Criquets, vers de farine, grillons, barres protéinées... Le choix est diversifié. - Jimini's

Un criquet pour l'apéro? Pour changer des chips et tomates cerises, les insectes aromatisés débarquent sur vos tables. Clément Scellier, co-fondateur de JIMINI's, une entreprise qui vend criquets, grillons et molitors (vers de farine), explique à RMC.fr comment l'idée leur est venue.

Clément Scellier, co-fondateur de JIMINI's, une société qui vend des gammes d'insectes aromatisés et comestibles.

"On a créé JIMINI's fin 2012 avec mon associé dans le but d’intégrer progressivement la protéine d’insectes à notre alimentation. On avait lu le rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), qui expliquait qu’en 2050 on serait neuf milliards sur Terre et qu’on ne pourrait pas nourrir tout le monde. On utilise déjà trop de ressources pour notre alimentation, qui s’occidentalise de plus en plus. Les insectes étaient présentés comme la solution la plus envisageable et la plus intéressante sur les plans écologique et nutritionnel.

Évidemment, on ne peut pas appuyer sur un bouton et faire manger des insectes aux Français comme ça. On a commencé par une gamme de produits apéritifs pour dédramatiser le fait de manger des insectes.

Au début, on a reçu un accueil qui relevait plutôt de l’étonnement amical et bienveillant. C’était un petit peu étrange d’essayer de vendre des insectes en France. D’ailleurs, on n’a pas reçu un très bon accueil de la part des banquiers. Ils étaient un peu frileux et nous disaient 'Qu’est-ce que c'est que ça, des insectes, n’importe quoi'.

"On s'est dit qu'assaisonnés, ça avait un goût de chips"

Au tout départ, lors de l’étude de marché, on a organisé des sortes d’apéros insectes avec nos amis et famille. On faisait goûter un petit peu ce qu’on avait trouvé sur internet, sur des sites thaïlandais, etc. On s’est rapidement rendu compte que ça pouvait être assez sympa quand c’était bien cuisiné. On a fait des tests avec des chefs aussi et on s’est dit qu’assaisonnés, ça avait vraiment un goût de chips.

Au bout de huit mois de recherche et développement, on est arrivés avec une première gamme de produits. Les insectes sont élevés dans des fermes d’élevage aux Pays-Bas, qui sont historiquement les meilleures dans le domaine: ils font ça depuis une quarantaine d'année. Il n’y a aucun contact avec l’extérieur, de manière à éviter tout type de parasitisme ou toute échappée de criquets dans le champ du voisin.

Au niveau nutritionnel, c'est totalement différent des chips. Déjà c’est très peu gras. Les criquets ont jusqu’à 48%-50% de protéines, ce qui est énorme, beaucoup plus que dans le poulet et le boeuf. On va retrouver aussi tout ce qui est acides aminés essentiels, vitamines, notamment B12, et des minéraux. On se rapproche plus du profil de la viande ou du poisson que d’une pomme de terre.

"La contrainte, ce sont les allergies aux crustacés"

La seule contrainte qu’on a avec ces produits aujourd’hui, ce sont les allergies qui sont similaires aux crustacés. Si vous êtes allergique aux crustacés, il y a de fortes chances que vous développiez une allergie aux insectes.

Après vous pouvez en manger sans grande limitation. Les insectes, c’est surtout des protéines, des fibres... En termes de développement de produits, on travaille sur un granola protéiné et 'l'Insteak', un steak d’insectes cuisiné, qui sortira l’année prochaine."

Propos recueillis par Liv Audigane