RMC

"On a l’impression qu’il va y avoir la guerre": des Français font des stocks de produits

Par crainte de voir les prix s'envoler et de coupures d'électricité, certains ont décidé de se ruer dans les rayons des supermarchés et de faire des stocks de denrées. Un phénomène que l'on retrouve aussi dans les pharmacies.

Dans les supermarchés, les rayons se vident. La grande distribution est-elle confrontée à des problèmes d’approvisionnement ? Que nenni, certains produits viennent à manquer car les Français font des stocks en période de forte inflation.

Parmi les produits préférés de ces Français avides de stocks, on retrouve les pâtes, la farine, l’huile, la moutarde et les céréales. On retrouve également des produits non-alimentaires comme du savon ou du dentifrice. Et face aux coupures d’électricité, les piles et les bougies viennent aussi à manquer.

Des stocks, Nathalie, qui habite en Moselle, confesse en avoir fait : "Je fais des stocks parce que j’habite à la campagne déjà, je dois prévoir pour la semaine", raconte l’aide cuisinière sur RMC et RMC Story.

"On a l’impression qu’il va y avoir la guerre"

"Mais avec les augmentations notamment sur les pâtes, j’ai décidé d’en acheter une dizaine. J’ai aussi trois pots de moutarde d’avance. C’était affolant sur la moutarde, je voyais des gens avec des dizaines de pots", assure Nathalie aux "Grandes Gueules".

"C’est pour parer à l’augmentation des prix, ça me fait six mois donc je suis paré face aux augmentations pendant six mois. J’ai fait la même chose pour l’huile, j’ai acheté quatre bouteilles. Je pense que j’ai fait quelques économies", estime-t-elle.

Mais Nathalie se défend et assure avoir vu pire: "Sur la moutarde, j’ai vu des gens avec des dizaines de pots. J’ai aussi vu des couples de retraités dont le garage est blindé. On a l’impression qu’il va y avoir la guerre, c’est aberrant", explique-t-elle.

Le doliprane pédiatrique victime des stocks?

Si cette ruée sur certains produits peut prêter à sourire, elle peut provoquer des pénuries pouvant avoir des conséquences sur la santé. Ainsi, dans les pharmacies, on manque de doliprane notamment pour les enfants.

Ce vendredi, face à Apolline de Malherbe sur RMC-BFMTV, le ministre de la Santé François Braun a reconnu qu'il y avait un "problème" avec le "doliprane pédiatrique", du d'abord à un mouvement social: "Il y a un mouvement social chez Sanofi, c'est surtout un problème de distribution. Mais le mouvement social prend fin donc le doliprane va revenir", a-t-il promis.

Trop tard, cependant: "Je ne veux pas de mouvement de panique et que les gens stockent mais jeudi on a consommé l'équivalent de trois jours de consommation", a reconnu le ministre de la Santé.

G.D.