RMC

"On n’a pas d’eau chaude, on ne peut pas faire à manger": une semaine après les importantes chutes de neige, des foyers toujours privés d'électricité

Près de 1000 foyers restaient sans électricité jeudi soir. Enedis affirme que les chutes de neige, très particulière, on provoqué un nombre de pannes beaucoup plus important qu'à l'habitude.

La colère pointe chez les habitants des communes de la Drôme encore privés d'électricité suite aux fortes chutes de neige survenues il y a une semaine. 1000 foyers restent toujours privés de courant d'après un dernier point d'Enedis jeudi soir. Mais Enedis, le promet: aujourd'hui, tous les foyers de la Drôme seront réalimentés en électricité.

Une semaine que le feu dans la cheminée est l’unique source de chaleur chez Elvire Nicolas à Portes-lès-Valence. Et le froid n’est pas le seul problème de cette retraitée.

"C’est tout électrique, à la maison. On n’a pas d’eau chaude, on ne peut pas faire à manger, on a rien. On a mangé froid, que des boîtes de conserves. Qu’est-ce que vous voulez faire ?", indique-t-elle.

"Personne ne s’est rendu compte de l’ampleur des dégâts", déplore Geneviève Girard. 

Une situation exceptionnelle

La maire de Portes-lès-Valence a écrit cette semaine à Emmanuel Macron pour lui faire part de son agacement. "J’attends une réponse du président de la république parce que quand même, le réseau électrique qui s’est endommagé à ce degré-là, ça veut dire que l’entretien de ce réseau-là n’a pas été à la hauteur depuis quelques années et ça c’est pas normal", affirme-t-il.

Enedis ne ménage pas ses efforts, mais les équipes de Bernard Dalle, responsable de la cellule de crise de Valence, ont dû faire face à une situation exceptionnelle.

"On a eu, en une journée, autant de pannes qu’en une année. La neige était très lourde, elle s’est collé au fil, avec une surcharge, sur les fils, considérable, entre 3 et 4 fois plus que ce qu’ils peuvent supporter", détaille-t-il.

Si Enedis espère rétablir l’électricité sur la quasi-totalité de la Drôme dès ce soir, certains foyers devront peut-être patienter jusqu’à dimanche.

Olivier Chantereau avec Guillaume Descours