RMC

"On veut voir les étoiles": contre la pollution lumineuse, une députée LFI participe à une action pour éteindre les vitrines éclairées la nuit

La semaine dernière, la députée France Insoumise du Val-de-Marne, Mathilde Panot, a participé à une action visant à éteindre la lumière des vitrines. En cause: la pollution lumineuse. Invitée de la matinale de Jean-Jacques Bourdin ce lundi, elle explique sa démarche.

Toutes lumières éteintes. A la veille du Black Friday, la députée LFI Mathilde Panot, a participé à une action de désobéissance civile avec Youth for Climate qui consiste à éteindre la lumière des vitrines de magasins parisiens.

Une action de "désobéissance civile" filmée et publiée sur les réseaux sociaux pour dénoncer "l’agression publicitaire et la pollution luminaire": "Aujourd’hui on est dans une situation de gaspillage d’énergie terrible. C’est à la fois une action d’extinction d’enseignes lumineuses pour lutter contre la pollution lumineuse et aussi anti-pub, notamment panneaux publicitaires lumineux".

Une pollution dangereuse pour "les humains et la faune"

Des panneaux publicitaires de "2 mètres2", qui consomment "autant qu’un couple avec deux enfants", selon Mathilde Panot qui a tenu à mettre en garde de l’impact de cette pollution sur l’homme et la faune.

"Elle est à la fois dangereuse pour les humains puisque ça nous empêche d’avoir de l’obscurité mais aussi pour la faune (…) pas que les pigeons parisiens mais aussi les chauve-souris qui risquent l’extinction à cause de ça".

Au-delà de la protection de l’environnement, c’est aussi la loi que ces opérations "light off" veulent faire respecter. Depuis le 1er juillet 2018, les magasins ont l’obligation d'éteindre leurs devantures entre 1 heure et 6 heures du matin. Une mesure inscrite dans un arrêté du 27 décembre 2018, dans le code de l'environnement.

Bourdin Direct (avec C.P.)