RMC

Oubliez le Black Friday et faites le Green Friday: "La surconsommation n'est pas obligatoire"

Ce vendredi arrive le Black Friday et ses promotions massives dans toutes les enseignes. Mais certains commerçants ont décidé d'organiser le Green Friday pour contrer la surconsommation.

Allez-vous faire chauffer la carte bleue en ce Black Friday? Cette année, les ventes devraient atteindre 1,3 milliard d'euros en ligne sur quatre jours. Mais cette surconsommation n'est pas du goût de tout le monde.

A la veille du Black Friday, aucune affiche de promotion dans le magasin de Sabine. Nous sommes à la Ressourcerie: ici les chemises, les pantalons, les chaussures ne sont pas neufs, mais retouchés, recousus, réparés.

Un mode de consommation qui séduit de plus en plus, et qui va à l'encontre du rendez-vous de vendredi: "C'est complètement à l'opposé du Black Friday parce que l'idée, ce n'est pas de revenir à l'âge de pierre ou la bougie mais de se demander ce qui est important pour soi, se rendre compte de la valeur des choses", assure Sabine.

"On n'est pas obligés de courir derrière toutes les promotions"

Le magasin de Sabine, fait partie des 150 enseignes qui se lancent dans le Green Friday, le pendant responsable du Black Friday lancé par Anémone Berès: "On a eu un sentiment d'alerte. Non, ce n'est pas obligatoire cette surconsommation", explique celle-ci.

La présidente du réseau Envie souhaiterait que demain, le consommateur tourne cinq fois sa carte bleu dans son portefeuille avant d'acheter: "En 15 ans, on s'est mis à consommer 60% de produits textiles de plus. On ne se promenait pas sans vêtements il y a 15 ans. On n'est pas forcément obligés de courir derrière toutes les promotions".

De multiples atelier de recyclage d'objet en tout genre seront donc organisé demain, pour montrer que non, le neuf n'est pas obligatoire.

Thomas Chupin (avec P.B.)