RMC

Paiement des impôts et amendes chez le buraliste: comment ça marche ?

RMC
Il est désormais possible de payer ses amendes et ses impôts jusqu'à 300 euros dans certains bureaux de tabac de France.

Payer ses impôts et ses factures, dans un bureau de tabac, c'est possible à partir de ce mardi ! Sont concernées toutes les factures de la vie quotidienne, comme les amendes, la cantine, la crèche, l'hôpital et bien sûr les impôts avec un maximum de 300 euros. Un peu plus de 5.000 bureaux de tabac en France, répartis sur 3.400 communes, ont accepté de proposer ce service, en parallèle avec les centres de Finances publiques.

"Ce sera un service rendu à nouveau à nos clients avec une lecture par un document que vous recevrez par l’administration. Le document aura un QR code que l’on scannera sur la machine de La Française des Jeux. Cela assurera la confidentialité du paiement, l’usager agissant en autonomie. Le buraliste verra le montant à recouvrir et demandera si l’on veut le régler totalement ou partiellement", explique ce mardi sur RMC Philippe Coy, président de la Confédération des Buralistes.

Un nouveau mode de paiement qui devrait faciliter la tâche des 500.000 Français qui n’ont pas accès à un compte en banque et qui préfèrent payer en liquide, ceux qui n’ont pas accès à Internet et ceux qui ont des difficultés à se déplacer alors que l’on recense près de 24.000 bureaux de tabac partout en France.

"Multiplication des services"

L’intérêt pour les buralistes ? Continuer à proposer du service au public, comme lorsqu’ils vendaient encore les vignettes de voiture jusqu’en 2001, et également toucher une petite commission de 1,8 euros.

"Quelqu’un qui vient payer une amende ou un impôt, c’est peut-être quelqu’un qui ne serait jamais rentré chez nous. Et quand il vient pour la première fois, il découvre et voit que c’est propre et accueillant. C’est la multiplication des services qui nous pousse à développer ce mode de paiement", assure sur RMC Jean-François Vigouroux, propriétaire d’un bar-tabac dans les Yvelines.

Selon le ministère de l’Économie, environ 2 millions de factures par an pourront être acquittées chez un buraliste. Et si ce service n’est pour l'instant disponible que dans 3.400 communes réparties sur tout le territoire, l'objectif est bien de supprimer les opérations d'encaissement aux guichets des centres d'impôts.

Marie Regnier, Benjamin Pelsy et Guillaume Dussourt