RMC

Partenariat entre les JO2024 et Airbnb: "On retient la signature de notre contrat", la colère des hôteliers sur RMC

Afin de protester contre le partenariat entre le Comité international olympique (CIO) et Airbnb, les hôteliers ont annoncé "suspendre leur participation" à l'organisation des Jeux olympiques 2024.

Les hôteliers ne décolèrent pas. La décision du Comité international olympique de nouer un partenariat avec Airbnb a provoqué qu’ire des professionnels de l’hôtellerie. Ils ont annoncé mercredi en guise de représailles "suspendre leur participation" à l'organisation des Jeux olympiques 2024.

"Dans un 1e temps, le COJO nous demande énormément de garantie, d’engagement, de contrôle, d’accessibilité (…) De l’autre côté, un partenariat est signé avec Airbnb!", a dénoncé Laurent Duc, président de l'UMIH hôtellerie et invité de la matinale de Jean-Jacques Bourdin.

"On attend une transparence, ne serait-ce que sur le versement de la taxe de séjour"

Réunis à Biarritz pour le 67e congrès de l'Umih, principale organisation patronale du secteur, les professionnels de l'hôtellerie-restauration affichent leur indignation face à l'arrivée du géant de la location de logements entre particuliers parmi les principaux sponsors du CIO, annoncée lundi.

"Les palaces parisiens et les grands établissements sont solidaires avec nous. On retient la signature de notre contrat tant qu’il n’y a pas la transparence qu’on réclame à cor et à cris. On attend une transparence, ne serait-ce que sur le versement de la taxe de séjour", a expliqué l’hôtelier.

"Ce partenariat exclusif apparaîtra tous les jours"

Airbnb a affirmé mercredi que "cet accord historique vise à permettre aux villes hôtes d'accueillir les Jeux de manière plus locale, authentique et durable".

Rappelant avoir déjà soutenu les Jeux olympiques Rio 2016 et les Jeux olympiques d'hiver PyeongChang 2018 en tant que sponsor national, la plateforme a assuré, dans une déclaration à l'AFP, que ses "valeurs sont en phase avec celles du mouvement olympique".

Ce contrat qui court jusqu'en 2028, évalué par des médias spécialisés à environ 450 millions d'euros, permettra à la plateforme d'afficher sa marque aux abords des sites de compétition à Paris. Une publicité qui n’est pas du goût de l’hôtelier: "Le partenariat exclusif qui apparaîtra tous les jours, ce sera le logo de cet opérateur international que je ne veux pas citer, parce que je leur fais déjà de la publicité en en parlant".
Bourdin Direct (avec Caroline Petit)