RMC

Pénurie de main d'œuvre dans la restauration: comment attirer de nouveaux employés?

La pénurie de main d'œuvre dans la restauration est grande alors que la saison estivale approche à grand pas. Selon l'Umih, il y aurait encore 360.000 postes à pourvoir.

Panique dans la restauration. Le nombre d’offres d’emploi non-pourvues dans l’hôtellerie restauration cet été atteint les 360.000. Certains patrons envisagent de réduire leur activité voire de fermer. En Vendée par exemple, il manque 1.200 cuisiniers et 3.200 serveurs, assure la branche restauration de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih).

"Ce n’est pas un problème de salaire mais le confinement a donné des réflexions au personnel sur leur choix de vie", assure ce lundi sur RMC Jean Terlon, le vice-président de la branche restauration de l'Umih.

"Et un choix de vie, ça n’a pas de prix. Pendant sept mois, ils sont restés à la maison, ils ont été payés, ils ont réfléchi à leur vie, ils se sont aperçus qu’ils ne voyaient pas assez leurs enfants, leurs épouses ou leurs copains, ils se sont dit qu’ils avaient un métier de cons donc qu’ils allaient peut-être faire autre chose", ajoute Jean Terlon.

"Pour recruter, il faudrait remettre le pourcentage"

Pour lui, il faut convaincre les travailleurs qui ne font pas ce métier par passion, que "le métier est passionnant". Et pour le rendre passionnant, il faudrait que les salaires soient au pourcentage.

"Aujourd'hui, dans la restauration, on paye un forfait, tout est compris dans ce que vous payez. Mais les salaires, avec l’euro, ont été nivelés à la baisse et ce n’est pas parce qu’on a revalorisé que les salaires sont supérieurs. Pour recruter, il faudrait remettre le pourcentage, comme il y a plusieurs années, où les prix étaient sans le service et où les serveurs gagnaient mieux leur vie", plaide Jean Terlon.

G.D.