RMC

Plus de 500 chèques fraudés écoulés chaque jour en France: comment éviter de se faire avoir?

Les chèques bancaires sont de moins en moins utilisés. Pourtant, les fraudes sur ce moyen de paiement sont en nette augmentation.

Ils sont de moins en moins utilisés et pourtant, ils attirent de plus en plus les escrocs ! les fraudes sur les chèques sont en nette augmentation. Et pour la première fois, le montant de ces fraudes dépasse celui sur les cartes bancaires. C'est la découverte étonnante du dernier rapport de l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement. Étonnant parce que les chèques se font de plus en plus rares. Ils représentent seulement 1 paiement sur 10 mais presque la moitié des escroqueries ! Le montant total de l'argent détourné s'élève à 540 millions d'euros l'année dernière, soit une hausse de 20 % en un an. C'est simple : il s'écoule plus de 500 chèques fraudés chaque jour en France. 

L'encaissement de chèques perdus ou volés représente la majorité des fraudes 

Et la majorité des fraudes se font sur l'encaissement de chèques volés ou perdus, avec des escroqueries de plus en plus sophistiquées, comme l'utilisation d'une mule, recrutée via les réseaux sociaux. Le fraudeur lui envoie le chèque volé, la mule l'encaisse puis lui reverse les fonds, en contrepartie d'une petite commission de 5 ou 10%. Autre mode opératoire : la falsification, c'est à dire le fait de modifier le montant ou l’ordre d’un chèque légalement émis. Une fraude qui touche tout le monde : particuliers comme entreprises.

Mais le phénomène à la mode, c'est la montée en puissance des chèques créés de toute pièce, les contrefaçons. Les escrocs achètent une imprimante high-tech, du papier de bonne qualité, ils s'inventent une identité, et le tour est joué. Les enjeux sont énormes parce que le montant moyen d’un chèque contrefait, d'un faux chèque, est de 8000 euros... 

Comment éviter de se faire avoir ? 

Les commerçants peuvent utiliser un système de vérification des chèques, plusieurs solutions existent. Si vous êtes un particulier, il faut bien examiner le chèque quand vous l'avez entre vos mains et être attentif à 2 choses : La première, le papier, il doit être de bonne qualité. La seconde, l’identité inscrite dessus. Elle doit coller à la personne ou à l’entreprise qui vous paye.

Vous pouvez demander un papier d’identité pour plus de sûreté. Parce qu’attention, si vous encaissez un chèque frauduleux, et qu’il est finalement rejeté, votre banque ne vous remboursera pas l’argent perdue. 

Victor Joanin