RMC

Plus de bio dans les cantines: "Le surcoût sera compensé par des économies sur le gaspillage"

-

- - Illustration AFP

D'ici à 2022, les cantines des établissements publics compteront au moins 50% de produits bio grâce à un amendement voté samedi. La droite estime que c'est un objectif trop ambitieux mais la majorité défend son projet.

Un débat national, des discussions houleuses, et un feu vert. L'Assemblée nationale a donné samedi son accord à l'objectif d'au moins 50% de produits issus de l'agriculture bio ou tenant compte de l'environnement dans la restauration collective publique d'ici à 2022, après un vif débat notamment dans la majorité sur les menus végétariens.

Les députés ont adopté, à main levée, l'article 11 du projet de loi sur l'agriculture et l'alimentation, qui répond selon le ministre Stéphane Travert à "un engagement présidentiel ambitieux". Les repas servis dans les cantines devront comprendre au moins 50% de produits acquis selon des modalités prenant en compte le coût de leur cycle de vie, ou issus de l'agriculture biologique, ou bénéficiant de l'écolabel pêche, ou encore issus d'une exploitation ayant fait l'objet d'une certification environnementale.

20 centimes de plus par repas compensés par des économies sur le gaspillage

Un objectif trop ambitieux aux yeux de la droite. Mais le député de La République en marche Matthieu Orphelin se félicite de cette audace et détaille comment ce changement sera financé. 

"Effectivement, acheter des produits de qualité ça va coûter un petit peu plus cher, et dans le même temps la loi va permettre de diminuer le gaspillage alimentaire donc en gros ça va coûter 20 centimes de plus par repas. Mais ces 20 centimes vont être immédiatement gagnés parce que l'on va en même temps lutter contre le gaspillage alimentaire."

Le député de la 1re circonscription du Maine-et-Loire prend même le soin de répondre aux détracteurs de ce projet.

"A ceux qui disent que c'est trop ambitieux je leur dis que cette ambition elle est là, on l'assume, on va la réaliser. Et aujourd'hui grâce à cette loi Agriculture et alimentation, on va aider à rétablir la situation économique de l'agriculture française".
J.A. avec Marion Jort