RMC

Pour lutter contre le vol de ses fruits, ce producteur filme les voleurs et publie la vidéo sur Facebook

Il a surpris deux personnes qui avaient arraché les fruits des arbres avec parfois les feuilles voire même des petits morceaux de branches.

Un live Facebook pour dénoncer un vol de cerise. C’est ce qu’a choisi de faire Aurélien Esprit, producteur de cerises et d'abricots dans la Drôme. Lundi matin, il est revenu pour RMC, sur la scène. 

“J’ai un collègue qui passait justement dans mes champs et qui me dit ‘Aurélien, je viens de trouver deux personnes en train de remplir des sacs, et d’arracher des branches et je les ai sortes’. Alors tout de suite, je me suis dit, on va les suivre et on va les mettre devant le fait accompli. On va filmer ça et on va rendre ça public”, explique l’agriculteur. 

Sur la vidéo, celui qui est également conseiller départemental de la Drôme poursuit deux personnes à vélo. Il s’arrête sur le bas-côté et filme le panier des vélos. À l’intérieur, des cerises, ramassées parfois avec les feuilles, et même des bout de branches d’arbre arrachés.

Les deux personnes ont reconnu avoir volé les cerises et se sont excusées publiquement. “Elles ne les ont pas payées parce que déjà, j’avais récupéré mes cerises et je voulais surtout que ce soit symbolique”, affirme-t-il. 

La vidéo vue plus de 55.000 fois lundi

S’il affirme que le problème n’est pas de consommer un fruit ou deux lors d’une balade, il dénonce le fait que les personnes viennent avec des sacs. 

“Je sais ce que c’est que le bonheur de manger un fruit sur l’arbre. Mais que des personnes viennent délibérément arracher des fruits et en plus pénaliser la production de l’année en arrachant des branches. Et ça, c’est juste inadmissible et intolérable. C’est un peu comme si j’allais dans une grande surface, je remplissais mon caddie et je ne passais pas par la caisse”, indique-t-il.

La vidéo de ce vol a été vue plus de 55.000 fois. L’agriculteur affirme qu’il a surtout fait ça pour l’exemple. “On se bat tous les jours contre les aléas climatiques, on n'a pas besoin de ces choses-là en plus. Je me suis que peut-être en faisant ça, ça va faire bouger les choses”, indique-t-il. 

Guillaume Descours