RMC

Pourquoi c'est le bon moment de demander une augmentation à son patron

Nous allons tous avoir besoin d'argent, car la rentrée sera compliquée en termes de pouvoir d'achat. Et à part dans les secteurs touchés directement par la pandémie, les patrons ne peuvent pas dire qu'il n'y a pas d'argent.

Le coût de la rentrée va être salé. C’est sans doute la pire rentrée pour le pouvoir d’achat depuis 2018. A commencer par l'alimentation: avec les très mauvaises récoltes, l'indice mondial des produits alimentaires est en hausse de 30% sur un an. Résultat: le sucre, les céréales, les huiles, le café, les fruits et légumes, tout flambe. 

Vous comptiez compenser en continuant à profiter du relèvement du plafond des Tickets restaurant à 38 euros décidé pendant la pandémie? Ca redescendra bientôt à 19 euros!

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi la météo pourrait provoquer une (forte) hausse des prix des paquets de pâtes cet hiver

Dans les autres domaines de la vie courantes, les catastrophes naturelles vont faire augmenter les assurances.

Les carburants montent aussi, entre +15 et +20% depuis un an.

L'électricité? Des augmentations sont déjà dans les tuyaux, et c’est sans compter l’envolée des prix sur le marché de gros, au plus haut depuis 2008. A noter également la multiplication par quatre des prix du fret pour les produits importées d’Asie.

Et je vous fais cadeau de la hausse de l’abonnement Netflix: 1 à 2 euros par mois.

Il n'y a que le coût de la rentrée scolaire qui reste sage: entre 1 et 1.3%.

Ca ne suffira pas à convaincre les patrons

Autant d'éléments pour dire que nos portes-monnaies vont se retrouver touchés. Et c'est autant d'arguments pour aller parler argent à votre patron.

Ce qui est sûr, c’est qu’il devrait vous écouter plus attentivement que d’habitude. D’abord parce que dans beaucoup d’entreprises, sauf dans les secteurs les plus pénalisés par la pandémie (hôtellerie-restauration, tourisme, événementiel) ce sera compliqué de dire qu’il n’y a pas d’argent. 

Le CAC 40 fait des profits records, plus de 60 milliards, et il n'y a jamais eu aussi peu de faillites (-25%). Et puis surtout si vous lui mettez la démission dans la balance, il réfléchira à deux fois parce que pour vous remplacer ce sera compliqué. Selon la dernière enquête de la Banque de France, une entreprise sur deux a du mal à recruter.

Avec tout ça, on demande combien?

Il faut remonter à 2008 pour avoir des hausses de salaires supérieurs à 3% selon le cabinet Deloitte: on pourrait franchir cette barre à nouveau. Mais surtout le message important, c'est que le rapport de force est aujourd’hui plus favorable aux salariés.

C’est aussi le moment de discuter sur d’autres points que le salaire : horaires, télétravail, organisation parce qu’une bonne qualité de vie au travail, ce sont des salariés plus heureux et plus efficaces.

C’est ça le bon dialogue social: tout le monde gagne!

Netflix augmente ses tarifs en France

Le géant américain du streaming Netflix augmente ses tarifs en France de un à deux euros supplémentaires par mois selon le type d'abonnement.

L'offre de base de Netflix dite "essentiel" coûte désormais 8,99 euros par mois contre 7,99 euros, la "standard" -- qui donne accès à deux écrans en simultané en qualité HD -- passe à 13,99 euros au lieu de 11,99 et l'abonnement "premium" (pour quatre écrans simultanés et des programmes en 4K) à 17,99 euros contre 15,99 auparavant.

Cette augmentation est effective immédiatement pour les nouveaux souscripteurs et applicable aux abonnés actuels lors du prochain cycle de facturation.

Emmanuel Lechypre (avec J.A.)