RMC

Pourquoi les agriculteurs ne participent-ils pas aux mobilisations contre la réforme des retraites?

Les agriculteurs voient plutôt d'un bon œil la réforme des retraites voulue par le gouvernement qui pourrait faire gonfler leur pension.

Au milieu de la contestation contre la réforme des retraites, une profession ne fait pas partie de celles mobilisées : les agriculteurs. S’il n’y a pas de tracteurs dans les cortèges ou les blocages, c’est notamment parce que les retraites des agriculteurs sont susceptibles d'être nettement revalorisées. Elles sont actuellement parmi les plus basses du pays.

"Si demain, un euro cotisé donne les mêmes droits à tout le monde, ça ne peut être que mieux pour les agriculteurs", expliquait mardi la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.

À 65 ans, la retraite pour Jean, ce sera dans une petite année. L'éleveur céréalier a déjà fait ses calculs.

"Si je ne me suis pas trompé, je devrai toucher environ 1100 euros. Je savais que je n’aurais pas une très grosse retraite, mais je vais être au-dessus de la moyenne des agriculteurs puisque c’est 780 euros pour les hommes. Avant de penser à la retraite par point, il faut qu’on se tracasse pour les petites retraites", explique-t-il. 

Comme beaucoup de ses confrères, il ne rejoint pas le mouvement de la réforme des retraites. "Je suis d’accord qu’ils se défendent, mais lorsque l’on verse un euro dans une catégorie socio-professionnelle, ça doit donner les mêmes droits dans toutes les catégories socio-professionnelles. Je ne vois pas pourquoi il y a des avantagés et des désavantagés", indique-t-il. 

1000 euros de retraite assurés

Les agriculteurs ont donc le sentiment de faire partie des gagnants de cette réforme. Jean-Michel Guache est le vice-président de la FDSEA d’Eure et Loire. 

"Dans le futur, une retraite agricole ne pourra pas être en dessous de 1000 euros et pour nous, c’est déjà une avancée. Avec cette réforme, au moins elle sera assurée", affirme-t-il.

Des agriculteurs qui espèrent avec cette réforme pouvoir enfin faire partie d'un système universel, solidaire avec les agriculteurs, profession qui aujourd'hui perçoit parmi les plus basses pensions de retraite.

Bettina de Guglielmo et Thomas Chupin avec Guillaume Descours