RMC
INFO RMC

Poussette pas livrée, argent perdu: Natal Market visée par une enquête du parquet de Paris

Une vingtaine de familles portent plainte contre Natal Market, un site internet qui vend des objets pour bébés, qu'elles accusent de ne jamais les avoir livrées ni remboursées. Les propriétaires du site qui assurent n'avoir commis aucune infraction sont déjà pourtant bien connus de la justice. Selon les informations de RMC, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "pratiques commerciales trompeuses" le 20 octobre 2022.

L'arrivée d’un enfant, c’est beaucoup de bonheur mais aussi toute une logistique à anticiper. Notamment avec la poussette, le "must-have" mais qui coûte cher. Le réflexe, c'est évidemment d’aller sur internet pour comparer les prix. L’un des tout premiers sites référencés sur Google, c’est Natal Market. Ils ont des boutiques à Paris, Lyon, Marseille. De quoi inspirer confiance. Et pourtant... Camélia a déboursé 330€ pour une poussette commandée en août dernier. Sa fille est née en octobre. La poussette, elle, n’est jamais arrivée.

"Même à la maternité, dans la salle de travail, j'essayais de les rappeler en leur demandant où ça en était. C'est très perturbant parce que c'est un moment de la vie qui doit être magique...", raconte-t-elle à RMC.

Plus de 300 parents crient à l'arnaque

Sur Facebook, une page intitulée "Fraude Natal Market" réunit plus de 300 parents. Parmi eux, une soixantaine de familles ont pris contact avec RMC. Additionné, le montant de leurs commandes s'élève plus de 35.000€. À chaque fois, Natal Market s’est justifié auprès d’eux en parlant de problèmes liés à la guerre en Ukraine, au Covid-19 ou encore aux fournisseurs.

Sauf qu'après vérification, la marque Babyzen affirme à RMC n’avoir aucun problème d’approvisionnement. Pire, le fournisseur Cybex nous informe qu’il a suspendu toute collaboration avec Natal Market depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, le site existe toujours mais on ne peut plus commander et les boutiques sont toutes fermées.

Les propriétaires déjà bien connus de la justice

Natal Market appartient à Gwenaëlle Mountary. Cette entrepreneure possède une myriade d’entreprises aux noms similaires: Natal Développement, Natal Distribution, Natal Maternity. RMC en a identifié dix. Et elle et son mari James sont bien connus de la justice.

Le couple Mountary a été condamné en 2021 à payer 40.000€ de réparations, dommages et intérêts, pour parasitisme. Ils avaient créé un site internet qui ressemblait à un autre, trompant ainsi les clients. Et James Mountary n’en était pas à son coup d'essai: en 2015, il avait déjà écopé de 18 mois de prison avec sursis et 30.000€ d’amendes pour pratiques commerciales trompeuses.

"C'est plus dur de dénoncer une escroquerie que d'escroquer"

Les parents espèrent faire condamner l’entreprise devant les tribunaux. 20 familles avec lesquelles RMC est entré en contact ont porté plainte pour escroquerie, comme Pierre, papa d’un petit Victor.

"On saisit le parquet de Paris, tout ce qu'on peut saisir, et statu quo... Cela n'avance pas. On est un peu le dindon de la farce, on se dit que c'est plus dur de dénoncer une escroquerie que d'escroquer: le site est hébergé en France, le compte en banque est en France et les dirigeants sont français. Tout est là et il ne se passe rien. On aimerait qu'il y ait une enquête, qu'ils aillent un peu en garde à vue, qu'ils répondent un peu de leurs actes, ça nous ferait très plaisir", ajoute-t-il.

Une enquête ouverte par le parquet de Paris

Selon les informations de RMC, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "pratiques commerciales trompeuses" le 20 octobre 2022. Les investigations ont été confiées à la DDPP (Direction départementale de la protection des populations).

Quant à la gérante de Natal Market, Gwenaelle Mountary, elle assure par écrit à RMC n'avoir commis aucune infraction, évoquant de simples retards et s'engageant à rembourser ou livrer l'intégralité de ses clients.

Amélie Rosique, Joanna Chabas et Elise Denjean