RMC

Prix des carburants: jusqu'à quand la baisse va-t-elle se poursuivre?

Depuis mi-juin, la tendance est à la baisse des prix à la pompe même si ces derniers sont encore particulièrement élevés.

Les prix de l’essence, comme du diesel, ont fortement baissé depuis la mi-juin, de l'ordre de 25 à 30 centimes par litre. Sur les six dernières semaines, les prix carburants n’ont fait que baisser. Entre le 17 juin, où le gazole affichait 2,13 euros le litre en moyenne, soit à peine moins que son plus haut historique du 11 mars, et vendredi dernier, le prix au litre a baissé de 25,63 centimes.

La baisse est encore bien plus impressionnante pour le Sans Plomb 95-E10: -27,84 centimes de moins en six semaines. Sur un plein d’essence de 45 litres, un automobiliste a ainsi vu sa facture baisser de 12,52 euros.

Comment s’explique cette baisse ?

C’est la baisse du cours du pétrole sur les marchés mondiaux qui explique en grande partie cette baisse. Mi-juin, le baril oscillait entre 120-125 dollars, il est tombé autour de 100 dollars mi-juillet, sachant que, de plus, le délai de repercussion de baisse des prix a été plus rapide que d'habitude car il y a une grosse pression sur les producteurs de péterole.

On en profite donc à plein aujourd’hui, selon la règle à retenir: 1 dollar en moins sur les marchés, c’est 1 centime en moins à la pompe.

Il y a plusieurs explications à cela: car il y a des craintes de récession dans beaucoup de pays, car le pic de la "driving season" a été dépassé aux Etats-Unis, utilisation des stocks, et également car il y a eu une augmentation de la production de l’Opep.

Est-ce que ca va durer?

Côté pétrole, le potentiel de baisse paraît limité. D’ailleurs, les prix sont plutôt stables depuis quelques jours, voire remontent un peu. L’Opep va avoir du mal à produire plus et la Chine, plus gros consommateur mondial, devrait se remettre à consommer davantage.

Rappelons enfin que les différentes aides au carburant n’ont rien à voir avec la baisse observée ces dernières semaines. Les 18 centimes de réduction instaurés par le gouvernement le sont depuis le 1er avril. Et l’aide de 30 centimes n’entrera pas en vigueur avant début septembre. Ca fera 12 centimes de moins. Quant aux aides ponctuelles des pétroliers comme TotalEnergies, elles restent marginales au plan national.

Emmanuel Lechypre