RMC

Prix du lait: en souffrance, les producteurs se mobilisent

La situation était déjà difficile, mais avec l'inflation, ils ne s'y retrouvent pas. Les éleveurs et producteurs de lait se mobilisent, depuis début août, pour faire augmenter le prix du lait. En Allemagne et en Belgique, la hausse a déjà eu lieu il y a quelques semaines.

Les agriculteurs se mobilisent pour le prix du lait. Plusieurs dizaines d'éleveurs ont manifesté jeudi à Clermont-Ferrand devant les bureaux du groupe Sodiaal et à Brioude en Haute-Loire où ils ont bloqué une laiterie. Mercredi, une vingtaine d’agriculteurs se sont mobilisés devant un supermarché de Champagné (Sarthe) et à Vannes dans le Morbihan...

Un litre de lait coûte 78 centimes au consommateur en France. C'est moins qu'en Allemagne ou en Belgique, où les prix ont été augmentés il y a quelques semaines. Les éleveurs et producteurs français demandent aussi une hausse dans le pays, afin d'obtenir un salaire digne.

"C’est une situation qui aujourd’hui ne nous permet pas de faire face. J’ai beaucoup d’investissements, j’ai des comptes à rendre à mon banquier. Je n'ai pas le choix, il faut que ma trésorerie soit équilibrée et elle se dégrade à une vitesse folle", déplore Pascal Clément, gérant d'une exploitation dans la Sarthe depuis 35 ans.

0,04 € de marge par litre

Chaque année, il produit un million de litres de lait, mais ça ne suffit pas. Il touche 42 centimes par litre, mais avec ça, il faut tout payer. Comme les coûts de production ont explosé, il ne récupère que quatre centimes de marge. Sa seule solution? Vendre des vaches. Sauf que c'est un cercle vicieux. "Ce sont les vaches qui me font le lait donc je vais faire de moins en moins de lait" et donc moins d'argent.

La loi Egalim, prévue pour garantir la prise en compte des coûts de production, n'est "plus respectée", selon Ghislain De Viron, président de la section laitière de la FDSEA Sarthe. "Comme avant la loi, le distributeur prend sa marge, le transformateur prend sa marge et puis on donne ce qu’il reste au producteur", ajoute-t-il.

Une augmentation à venir ?

Michel Biero, directeur exécutif “achats” de Lidl France était invité sur RMC, ce 5 août 2022. Il a assuré que dans ses magasins, la brique de lait demi-écrémé est vendue 80 centimes avec "une marge légale de 10%" et qu'il y a "43 centimes du litre pour l’éleveur".

Faut-il augmenter le prix dans les commerces ? Pour Lidl, Michel Biero ne ferme complètement pas la porte. "On peut encore faire des efforts mais on ne peut pas en un claquement de doigt, en l’espace de quelques jours, quelques semaines passer de 0,80 à 0,99€". Il conclut: "l’alimentation a un coût et ce coût-là, il faut l’accepter".

Matthieu Limongi (édité par Astrid Bergere)