RMC

Problèmes de chauffage dans des HLM de Créteil: "Il fait 16 degrés dans l'appartement"

-

- - -

A Créteil, dans le Val-de-Marne, des milliers de locataires de HLM subissent des problèmes de chauffage. Dans l'appartement de Marc, la température ne dépasse pas les 17 degrés. La CNL, Confédération nationale du Logement, pointe du doigt ce manquement aux obligations du bailleur social et entend bien faire évoluer les choses.

> Marc a 56 ans et vit dans une HLM de Créteil.

"Ça fait 26 ans que nous vivons dans ce logement social. Nous avons des problèmes de chauffage depuis deux ans. En hiver, la température ne monte pas. Il fait 16 degrés dans l'appartement en ce moment. On ne dépasse pas les 17 degrés. Quand on bouge un peu, ça va, mais le soir quand on est sur le canapé pour regarder la télé, on est obligés de bien se couvrir, de mettre des polaires, et ce n'est pas très agréable. Pour les personnes âgées ou les familles avec de jeunes enfants, ça ne doit pas être évident.

L'an dernier on avait fait une pétition à la mairie, ils nous ont dit qu'ils verraient, mais il ne s'est rien passé et l'hiver est passé. Le problème est vraiment vaste. Tout mon immeuble est concerné. Et le bailleur n'a pas l'air de se soucier du problème".

> Laurette Galichet, présidente de la CNL (Confédération nationale du Logement) de Créteil.

"Avec la CNL, nous faisons le tour des immeubles, il semble que dans certains immeubles, la situation s'améliore un peu. Il y a eu quelques interventions de la société qui gère le chauffage dans deux ou trois bâtiments. Comme quoi, c'est possible… Les habitants ont même pu cesser d'utiliser les chauffages d'appoint qu'ils utilisent chaque hiver depuis des années.

Mais dans l'immeuble de Marc, rien n'a encore évolué. Nous allons donc continuer la bataille. Il n'y a pas de raison que l'on n'obtienne pas une prestation légitime pour les habitants de ces HLM. Dans un de ces immeubles, il y a une dame de 83 ans! Pour elle, ça peut générer des problèmes de santé. Du coup, ces locataires restent confinés chez eux sans bouger et ça génère encore plus d'isolement pour ces personnes dans des situations déjà difficiles.

Le bailleur social considère qu'il n'y a pas de problème technique. Je veux bien le croire. Mais alors pourquoi ne pas simplement augmenter la température? S'il s'agit seulement d'appeler le chauffagiste pour contrôler que la température des appartements soit de 20 degrés, c'est assez simple à faire. Pourquoi nous dire que nous sommes en train de semer la zizanie au lieu de régler le problème?

On peut admettre qu'ils ne peuvent pas tout régler du jour au lendemain, mais c'est dommage que l'on soit obligés de faire monter la pression pour avoir une écoute".

Propos recueillis par Paulina Benavente