RMC

Quand la Fondation Nicolas Hulot et... le lobby de la viande s'associent face à l'Europe

DUPIN QUOTIDIEN - C’est assez rare parce qu’en général les écologistes et le lobby de la viande ne font pas vraiment bon ménage. Mais pour une fois ils ont décidé de s’associer, main dans la main, pour porter un message commun.

Une association écologiste, la fondation Nicolas Hulot, s’associe aujourd’hui aux professionnels du bétail et de la viande pour réclamer une nouvelle politique commerciale européenne. Ils veulent dire que la transition écologique ne pourra pas avoir lieu si on ne lutte pas d’abord contre les dérives de la mondialisation. 

Ce qui est pointé du doigt ce sont les distorsions de concurrence entre les éleveurs européens et les autres et le fait qu’en Europe on importe des Etats-Unis et d’ailleurs des aliments issus de pratiques interdites. Et ce que réclament la fondation Nicolas Hulot et le lobby de la viande c’est tout simplement que les agriculteurs européens soient mis sur un pied d’égalité avec ceux des autres pays, car il y aurait un fossé entre la réglementation européenne et celle de pays avec lesquels nous signons des accords de libre-échange comme le Canada, les Etats-Unis, le Brésil.

Des produits non-autorisés en Europe 

Par exemple, la lentille canadienne. Aujourd’hui en Europe, on importe énormément de lentille canadienne. Parce qu’elle est moins chère. Sauf qu’elle est aussi produite avec un pesticide appelé Sencoral, un perturbateur endocrinien interdit en Europe depuis 2014. 

Autre exemple, les accords de libre-échange avec les Etats_Unis, le Canada ou les pays du Mercosur pourraient entraîner l’importation supplémentaire de 200.000 tonnes de viande étrangère. Or là encore, les normes ne sont pas les mêmes en Europe et dans ces pays. Par exemple chez nous les farines animales sont interdites depuis 2001, alors qu’au Canada, la loi autorise l’utilisation de farines de sang de ruminants. Les règles concernant les conditions de transports des animaux et la traçabilité sont aussi plus strictes en Europe 

Faut-il revenir sur les accords commerciaux conclus avec ces pays ?

Ce que proposent la Fondation Nicolas Hulot et le lobby de la viande Interbev c’est plutôt la mise en place d’un règlement européen sur les importations, basé sur un principe de mesures miroirs. Concrètement, c’est interdit d’utiliser du Sencoral en Europe, donc on arrête d’importer des lentilles traitées avec du Sencoral au Canada. Même chose pour la viande.

Et si la Fondation Nicolas Hulot et le lobby de la viande décident de plaider maintenant en faveur de cette réforme, c’est parce que l’an prochain la France prendra la présidence française de l’Union Européenne et qu’elle aura donc l’occasion, ou pas, de se battre pour ce principe de réciprocité. Encore un dossier brûlant à venir pour Emmanuel Macron. Un cadeau pas forcément bien intentionné de son ancien ministre Nicolas Hulot.

Marie Dupin