RMC

Réforme des retraites: ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe

Edouard Philippe et Jean-Paul Delevoye lors d'une réunion à Matignon, le 26 novembre 2019

Edouard Philippe et Jean-Paul Delevoye lors d'une réunion à Matignon, le 26 novembre 2019 - Bertrand GUAY / POOL / AFP

Le Premier ministre a confirmé une retraite minimum garantie à 1000 euros et un âge légal de départ à 62 ans, avec "un âge d'équilibre". Edouard Philippe a également annoncé que les plus riches paieraient une cotisation de solidarité, plus élevée qu'aujourd'hui.

"Le temps est venu de construire un système universel de retraites", a lancé mercredi Edouard Philippe au début de son discours présentant le controversé projet de réforme des retraites.

"Nous proposons un nouveau pacte entre les générations, un pacte fidèle dans son esprit à celui que le Conseil national de la Résistance a imaginé et mis en oeuvre après-guerre", a poursuivi le Premier ministre, en soulignant avoir "écouté" et "entendu" les partenaires sociaux et l'ensemble des Français. "Le temps du système universel est venu. Celui des régimes spéciaux s'achève", a-t-il affirmé, soulignant que "cette réforme n'est pas une bataille" avant de détailler les grands axes du projet du gouvernement, devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Retraite minimum garantie à 1000 euros et "85% du SMIC dans la durée", âge légal à 62 ans, avec "un âge d'équilibre" et "un système de bonus-malus", "des points supplémentaires dès le premier enfant" et majoration pour "les parents de familles nombreuses" figurent parmi les mesures retenues par l'exécutif.

"Les plus riches paieront une cotisation de solidarité plus élevée qu'aujourd'hui"

Les partenaires sociaux fixeront la valeur du point "sous le contrôle du Parlement", a-t-il assuré. "La loi prévoira une règle d'or pour que la valeur du point acquis ne puisse pas baisser" avec "une indexation non pas sur les prix mais sur les salaires qui dans notre pays augmentent plus vite", a précisé le Premier ministre. ajoutant qu'il n'y avait pas "d'agenda caché. Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu", a-t-il expliqué ajoutant que les personnes nées avant 1975 ne seraient pas concernées par la réforme.

"Les femmes seront les grandes gagnantes du système universel", a assuré le Premier ministre. Des points supplémentaires seront notamment accordés "dès le premier enfant", a-t-il précisé. "Nous construisons donc un système de retraite plus juste pour les femmes". "Les plus riches paieront une cotisation de solidarité plus élevée qu'aujourd'hui", a encore annoncé Edouard Philippe.

"La responsabilité c'est de tenir compte des données économiques et démographiques", a-t-il ajouté, soulignant l'esprit de "responsabilité" qui doit selon lui prévaloir pour conduire cette réforme.

Dans les faits, voici les annonces sous forme de liste:

Le système par points

- Système universel par points, fin des régimes spéciaux,
- Age d'équilibre de 64 ans en 2027, avec un système de bonus-malus fixé par les partenaires sociaux,
- Age légal de départ maintenu à 62 ans,
- Pension minimale à 1.000 euros et dans la durée "garantie à 85% du SMIC",
- Le point indexé sur les salaires et pas sur l'inflation,
- "Règle d'or" pour que la valeur du point ne puisse pas baisser,
- "Même niveau de cotisation" sur "la totalité des revenus jusqu'à 120.000 euros" et au-dessus "cotisation de solidarité plus élevée qu'aujourd'hui",
- Les partenaires sociaux fixeront la valeur du point "sous le contrôle du Parlement",
- Les partenaires sociaux chargés de fixer une trajectoire de retour à l'équilibre financier du système, faute de quoi le gouvernement s'en chargera.

Pour qui ?

- Rien de changé pour ceux à moins de 17 ans de leur retraite ou nés avant 1975,
- La génération 2004 (18 ans en 2022) sera la première à intégrer complètement le système,
- Seules les années travaillées à partir de 2025 seront régies par le nouveau système,
- La première génération concernée aura encore 70% de sa retraite calculée selon l'ancien système,
- Pendant la transition, maintien de 100% des droits acquis dans les régimes actuels.

Familles

- Majoration de 5% dès le premier enfant, accordée à la mère par défaut,
- Majoration de 2% pour les parents de familles nombreuses.

Pénibilité

- Retraites: possibilité pour les "métiers usants" de partir "deux années plus tôt", y compris les fonctionnaires,
- Assouplissement des critères pour la prise en compte du travail de nuit,
- Aides-soignants: nouveau dispositif pour financer un temps partiel sans perte de revenu en fin de carrière.

Métiers particuliers

- Pour ceux dont la retraite est basée sur les 6 derniers mois, mise en place d'un système pour "garantir que nul n'est lésé",
- Revalorisation des salaires des enseignants dès 2021 et garantie par la loi que leur retraite sera comparable aux fonctionnaires de grade équivalent,
- Transition sur 15 ans pour artisans, commerçants, professions libérales, avec convergence "douce" des cotisations,
- Réserves de certains régimes spéciaux (avocats, médecins, auxiliaires médicaux): "pas de hold-up ni de siphonnage", ces fonds aideront leur transition vers le nouveau système,
- Pompiers, policiers, gendarmes, personnel pénitentiaire conserveront leurs dérogations actuelles. 

La rédaction avec AFP