RMC

Remboursement des voyages annulés: "L’État ne s’interdit rien", annonce Jean-Baptiste Djebarri sur RMC

Le ministre délégué aux Transports était l'invité d'Apolline de Malherbe sur RMC.

C'est une petite phrase qui pourrait soulager de nombreux Français: "L’État ne s’interdit pas" de rembourser les Français dont le voyage a été annulé, annonce Jean-Baptiste Djebarri sur RMC. 

Interrogé par Apolline de Malherbe sur RMC, le ministre délégué aux Transports a indiqué que le gouvernement "tape déjà du poing sur la table": 

"Quand vous faites une demande de remboursement à votre voyagiste ou à la compagnie aérienne, le ministère doit attendre un délai de deux mois pour agir. (...) Je ne pense pas qu'ils jouent l'usure, nous avons eu 3500 signalements, qu'on a aidé à résoudre l'année dernière. Sur ces 3500 signalements, la majorité est résolue assez rapidement. On retient toujours les cas qui posent problème: les délais ont augmenté d'une manière générale du fait du volume de demande, mais d'une façon générale, agences de voyages et compagnies aériennes remboursent" 

Et le ministre d'insister: "Aujourd’hui, l’Etat a très largement nationalisé une partie de l’économie. (...) L’État ne s’interdit rien" quant au remboursement des Français.

Il faut dire que, depuis un an après le début de la crise sanitaire, les annulations de voyage se multiplient.... notamment de vols d'avions. Et ce sont les consommateurs qui sont mécontents: absence de remboursements, reports de voyages organisés.

Début mars, la Commission européenne a annoncé le lancement d’une enquête conjointe entre les autorités de différents Etats membres concernant le respect du droit au remboursement des passagers européens par 16 compagnies. Car depuis des mois, des clients se battent avec leur compagnie aérienne pour obtenir le remboursement de leurs billets annulés à cause du coronavirus.

Que conseillent les juristes?

RMC a rencontré des Français qui, depuis de longues semaines, attendent un remboursement pour un voyage qui n'existe plus. Un vol entre Miami et Annecy pour cinq personnes, annulé du fait de la compagnie: pourtant, près d'un an après, Amaury attend toujours son remboursement. Coup de téléphone dans plusieurs langues, mails, courrier...ce père de famille se bat pour récupérer les 1350 euros dépensés pour ces billets.

Même difficulté pour Willy: il avait projeté un voyage organisé au Mexique. mais l'agence exige des frais supplémentaires à chaque report. 

S'acharner: c'est la seule option que peut conseiller, Olivier Gayraud, juriste dans l'association de consommateurs CLCV, qui déconseille par ailleurs fortement de reprogrammer un voyage dans les circonstances actuelles.

La rédaction de RMC