RMC

Russie, prix du gaz, parrainages... ce qu'il faut retenir de l'interview de Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a répondu aux questions de Philippe Corbé ce mercredi sur RMC et BFMTV. Il a affirmé que la Russie n'est pas une grande puissance économique et prédit un pouvoir de nuisance limité sur l'économie française.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, était face à Philippe Corbé ce mercredi sur RMC et BFMTV. Il est notamment revenu sur la crise entre l'Ukraine et la Russie. Il affirme que la France prépare des sanctions très pénalisantes envers la Russie et son président Vladimir Poutine. 

Crise en Ukraine: quelles sanctions contre la Russie?

"Nous avons en réserve une batterie de sanctions infiniment plus pénalisantes contre les intérêts russes pour répondre à l’attitude inacceptable de Vladimir Poutine qui viole le droit et qui viole ses engagements. Nous sommes peu exposés au marché russe. C’est 1 à 2% des exportations et des importations françaises. Donc je le redis très simplement, le marché russe n’est pas un marché stratégique pour la France. La Russie a la force des états faibles, c’est-à-dire des états qui vous menacent et qui ont un pouvoir de nuisance. Le véritable pouvoir de la Russie et de Vladimir Poutine, c’est un pouvoir de nuisance: nuisance militaire et nuisance énergétique. Voilà les deux armes que Vladimir Poutine a entre les mains. Mais pour le reste, ce n’est pas un état économique majeur pour la France. Donc l’impact sera limité."

>> A LIRE AUSSI - Sanctions contre la Russie: "L'impact sur l'économie française sera limité" assure Bruno Le Maire

Le gel du prix du gaz prolongé?

"Sur le prix du gaz, il peut y avoir une augmentation, mais je veux être très clair avec les Français, nous avons pris l’engagement avec le Premier ministre de gel du prix du gaz. Cet engagement sera respecté. Je considère qu’il est indispensable de continuer à protéger les Français contre les risques d’augmentation du prix du gaz. Le gel du prix du gaz était une excellente décision, il court jusqu’à l’été 2022. Si jamais il faut le prolonger parce que nous voyons une explosion du prix du gaz, il me paraît indispensable de le faire. Nous avons la responsabilité de protéger les Français de l’augmentation des prix de l’énergie. Aucun autre gouvernement n’a fait autant que nous sur le prix de l’électricité, sur le gaz, que ce que nous faisons."

Le plafond des tickets restaurants maintenu à 38 euros par jour jusqu'à fin juin

"Les tickets restaurants, c’est très important pour nos amis restaurateurs. Ils ont encore été pénalisés ces dernières semaines par des restrictions, donc nous avons pris la décision de prolonger jusqu’à l’été 2022, soit fin juin, le doublement du plafond du ticket-restaurant, qui est passé de 19 à 38 euros. Il sera maintenu à 38 euros et ils pourront être utilisés le week-end, samedi et dimanche. Je pense que nos amis restaurateurs le méritent bien."

>> A LIRE AUSSI - Tickets restaurant: Bruno Le Maire annonce la prolongation du doublement du plafond "jusqu'à fin juin"

Marine Le Pen, Eric Zemmour, et Jean-Luc Mélenchon en difficulté dans la course aux parrainages

"Ces trois candidats auront leurs parrainages, il ne peut pas en être autrement. Ce sont des candidats dont on peut penser ce qu’on veut de leur programme, mais dans lesquels des millions de Français se retrouvent, donc il faut qu’ils puissent se présenter à l’élection présidentielle. Il y a de très bonnes initiatives qui ont été prises comme celle de François Bayrou, il y a des appels lancés par certains maires… Donc je suis convaincu que la situation se débloquera. Je ne suis pas inquiet, mais j’en tire quand même une conséquence que je tire depuis des années. Nos institutions sont dépassées et elles doivent être totalement refondées. Cette histoire de parrainages, c’est l’arbre qui cache la forêt. Il faut répondre aux besoins démocratiques des Français qui réclament plus de proximité, de participation à la vie démocratique, de plus de simplicité dans le vote et l’examen de nos lois, de meilleures représentations au Parlement. Toutes ces questions-là, elles doivent être aujourd’hui tranchées parce qu’il y a une urgence désormais si nous ne voulons pas aller vers une crise de régime."

Guillaume Descours