RMC

Sobriété énergétique dans la grande distribution: "C'est de l'esbroufe"

Les enseignes de la grande distribution s'apprêtent à rentrer dans la sobriété énergétique. Mais sur le plateau des "Grandes Gueules" ce mardi sur RMC et RMC Story, on dénonce un coup de com, rappelant que les annonces de ces acteurs sont déjà des obligations aux yeux d'une loi de 2013.

Alors que l'électricité pourrait venir à manquer cet hiver, les principaux acteurs de la grande distribution se sont mis d'accord pour réduire leur consommation d'énergie. Au menu, l'extinction des enseignes lumineuses la nuit, la baisse de la température des points de vente l'hiver, et la réduction de la consommation d'électricité en périodes tendues notamment.

"C'est encore de l'esbroufe, du pipi de chat. On imagine qu'on a besoin d'être téléguidés par le gouvernement pour baisser la consommation à l'intérieur des supermarchés, ne peut-on pas le faire consciemment?", s'interroge Medhi Ghezzar ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules" sur RMC et RMC Story.

Car cette annonce intervient moins d'une semaine après l'appel d'Emmanuel Macron à la sobriété énergétique. Le président de la République avait assuré le 14 juillet que l'État préparait un "plan de sobriété" énergétique pour faire face au risque de pénurie d'électricité, appelant à "rentrer collectivement dans une logique de sobriété".

Déjà inscrit dans la loi depuis 9 ans

"Ils ont été téléguidés, ils n'ont pas trop le choix, ils n'ont pas envie de se faire taper sur les doigts", estime ainsi Medhi Ghezzar.

"Les grandes enseignes ont les moyens de payer ces dépenses énergétiques inutiles. Si elles choisissent de ne pas le faire, c'est une question d'acceptabilité sociale", estime Léa Falco. "Ils savent que les gens vont probablement souffrir cet hiver et que si c'est la bamboche dans leurs rayons, ça va être compliqué à accepter pour les gens qui viennent faire leurs courses", ajoute-t-elle.

"C'est bien comme geste, mais il y a une partie de ce qu'ils ont annoncé qui est simplement du respect de la loi. La loi, depuis 2013, c'est pas d'éclairage la nuit entre 1h et 7h du matin", tient à rappeller Léa Falco. Dans plusieurs ville de France, d'ailleurs, riverains et associations déplorent régulièrement le non-respect par certains commerces de cette loi.

G.D.