RMC

Titres-restaurant: 700 millions d’euros non utilisés chaque année, 145 euros perdus par salarié

La numérisation des titres-restaurant a accentué la non-utilisation d’une partie des montants versés. En moyenne, un salarié bénéficiaire perd 145 euros par an.

Sur les 7,5 milliards d'euros de titres-restaurant émis chaque année, près de 10% de ce montant n'est pas consommé. Selon les professionnels du secteur, ce sont donc 700 millions d'euros qui ne sont pas utilisés dans les commerces alimentaires et les restaurants et qui perdent leur validité, soit plus de 145 euros par salarié bénéficiaire en moyenne.

C’est la numérisation de ces titres qui a accru le phénomène. Lorsque ces chèques repas n'étaient encore que sur support papier, le 0,5% périmé était remboursé en fin d'année par les émetteurs à leurs clients et redistribués aux oeuvres sociales des entreprises, comme imposé par la loi. Depuis 2014 et la possible dématérialisation des titres, on est passé avec la carte à 10% des sommes non dépensées.

Augmentation du montant depuis le 1er janvier

Les émetteurs de ces titres (Edenred, Sodexo) offrent quand même la possibilité de reporter d’une année sur l’autre les sommes non consommées. Pour autant, certains salariés ne les dépensent pas et laissent les montants s'accumuler sur leur compte, malgré le relèvement du plafond quotidien. Généralisation du télétravail, méconnaissance des sommes disponibles... Les raisons sont nombreuses pour expliquer cette non consommation des titres.

Et ça ne va pas s’arranger avec l’augmentation de la valeur des titres-restaurant ce 1er janvier, puisqu’un nombre croissant de salariés peinent à dépenser les sommes qui leur sont attribuées. Avec l'inflation, le montant maximal qu’un employeur pourra verser à ses salariés par jour de travail passe de 11.84 à 13 euros.

Emmanuel Lechypre