RMC

Un bar ambulant pour resserrer le lien social dans les villages sans cafés

Pour pallier les fermetures de bars et cafés dans les petits villages de province, Sébastien se déplace de communes en communes avec son bar ambulant afin de resserrer le lien social.

En 1960, il y avait 200.000 cafés en France. En 2016, France Boissons n’en recensait plus que 34.000. De nombreuses enseignes ont fermé, notamment dans les petits villages de province. 

Alors pour recréer du lien social, Sébastien Cherrier, un ancien brocanteur originaire du Berry, a lancé en novembre dernier, un bar itinérant, aménagé dans un véhicule utilitaire. Tous les jours il se déplace et stationne dans les communes du Cher où les cafés ont disparu.

"Voir les villages mourir, ça m'a donné envie de créer mon bar ambulant"

Et avec son vieux Renault Trafic rouillé, équipé d'un comptoir de bar improvisé et des têtes de morts un peu partout, Sébastien ne passe pas inaperçu à Azy, un petit village du Cher de 458 habitants: "Voir un gars comme moi avec le crâne rasé, barbu des piercings et des tatouages, je me suis dit que ça pouvait freiner un petit peu", explique-t-il à RMC.

Mais au contraire son objectif est bel et bien de rassembler: "J'ai connu tous les villages avec énormément de bars. Les bistrots étaient vraiment un lieu de vie. Voir tous les villages mourir les uns après les autres, ça m'a donné envie de créer mon bar ambulant", raconte Sébastien.

"On arrive à se rassembler et à se rencontrer sur la place du village"

Ce bistrot sur roues redonne l’occasion à ces habitants de trinquer avec leurs voisins, à petits prix: "Tous se meurent dans les villages Français. Du coup ça ramène de la vie et une sorte de point où tout le monde se regroupe", explique Jules adossé au bar.

"Il n'y avait rien à Azy et grâce à l'idée du bar ambulant, on arrive à se rassembler et à se rencontrer sur la place du village", lance de son côté Carlos. "Il n'y a pas de jugement, d'a priori et de tabou, c'est super bien", s'enthousiasme Magalie.

Mais Sébastien ne reste jamais trop longtemps au même endroit. C’est le principe. Jeudi il stationnera à Etrechy, un autre village du Cher privé de bar.

Laura Taouchanov (avec G.D.)