RMC

Une nouvelle baguette pour le président

La boulangerie de Sébastien Maugieux, 159 rue Ordener, dans le 18e arrondissement de Paris

La boulangerie de Sébastien Maugieux, 159 rue Ordener, dans le 18e arrondissement de Paris - -

Que ce soit Nicolas Sarkozy ou François Hollande, le prochain président aura droit à une nouvelle baguette de pain à l'Elysée. Ce sera la meilleure de Paris, selon un concours très officiel qui a désigné un boulanger du 18e arrondissement. Secrets de fabrication et révélations...

S’il va falloir patienter encore un peu avant de connaître le nom du prochain président, on sait déjà quelle baguette il aura tous les jours à sa table. C’est le boulanger Sébastien Maugieux, 37 ans, qui fournira l’Elysée en pain. Première fournée dans 15 jours. Ce boulanger du 18è arrondissement de Paris a remporté mercredi soir le Grand Prix du concours de la meilleure baguette artisanale de Paris, parmi 168 participants, gagnant par la même occasion le droit de fournir le président de la République. Il succède à un autre boulanger du 18è.

Son secret : la patience

RMC s’est rendue dans la boulangerie de Sébastien Mauvieux, au 159 rue Ordener. Et les avis des clients sont unanimes, le pain y est « très, très bon », « le goût est craquant », « la mie est bien aérée à l’intérieur ». D’autres viennent même « pour manger le même pain que le président », ou pour « comparer » avec leur pain habituel. Du coup, le lauréat avoue « avoir du mal à fournir » ces derniers temps. Alors, son secret ? « C’est beaucoup de temps en fait. Je laisse maturé assez longtemps la pâte pour les arômes ». Sébastien Mauvieux reste malgré tout humble : « L’Elysée, c’est un petit plus, mais je fais la même baguette pour tout le monde ».

Sarkozy aime le pain « bien cuit »

« Tous les jours en fin de matinée, il faudra qu’il prépare 15 baguettes pour le président », explique Pascal Barillon, l'actuel fournisseur de pain de l'Elysée. On ne connaît pas les goûts en la matière de François Hollande, mais pour Nicolas Sarkozy, les consignes sont claires : « il aime le pain bien cuit » confie Pascal Barillon.

La Rédaction avec Aurélia Manoli