RMC

Y-a-t-il de la discrimination raciale au camping?

-

- - Illustration AFP

L'association SOS Racisme a lancé une opération visant à vérifier qu'il n'y a pas de discrimination faite en rapport à la couleur de peau lorsque l'on souhaite réserver un camping.

La couleur de peau est-elle un obstacle pour réserver un emplacement dans un camping ? En cette période de grands départ en vacances, l’association SOS Racisme a décidé, comme l'année dernière, de tester en simultané les campings de 5 grandes villes (Marseille, Aix, le Cap Ferret, Montpellier et la zone de Nice) afin de constater d’éventuelles preuves de discrimination. 

Nous avons suivi un de ces tests dans la Côte d'Azur. A Antibes, trois groupes sont formés en fonction de la couleur de peau, de type africain, caucasien et maghrébin. Ils partent réserver un emplacement à l'aide d'une caméra cachée. Jason, 24 ans, dresse le premier bilan.

"C'est pour ça qu'on se bat aujourd'hui. C'est pour éviter ce sentiment de frustration"

"D'abord les 'Noirs' c'était non. Puis les 'Blancs' c'était pourquoi pas. Et les 'Arabes' ils ont dit: 'Ouais venez c'est la fête'. Donc on ne sait pas c'est un peu bizarre. Soit ils ont été grillés, soit c'était par rapport à l'âge."

Test non concluant donc, une autre équipe reviendra plus tard. Dans un autre camping, le discours est le même, mais le ton employé avec le groupe de Karima est plus sec. 

"Beaucoup d'agressivité. Elle nous a pa mis à l'aise en fait, on essaye de s'intégrer, on donne le maximum, mais en retour on est quand même mis à l'écart. C'est décevant."

Les gérants des campings risquent jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende

Des discriminations encore trop fréquentes selon Marouane Zaki, coordinateur de SOS Racisme.

"Ce sont des Français comme les autres, ils ont l'argent, toutes les conditions sont réunies pour pouvoir y aller. C'est pour ça qu'on se bat aujourd'hui. C'est pour éviter ce sentiment de frustration et dire que dans un pays comme la France on peut refuser l'accès par rapport à l'origine, sa couleur de peau."

En cas de discrimination avérée, le gérant du camping risque jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende. 

Kelly Vargin (avec J.A.)