RMC

"Pas question de céder au chantage": sur RMC, Geoffroy Roux de Bézieux déplore l'appel au boycott de produits français et écarte toute réciprocité

Document RMC - Le président du Medef déplore les appels au boycott mais appelle les entreprises à ne pas céder au chantage tout en écartant tout appel à faire de même.

Les appels au boycott des produits français se multiplient dans plusieurs pays musulmans, après le discours d'Emmanuel Macron lors de l'hommage à Samuel Paty, qui promettait de ne pas renoncer aux caricatures. "C’est une mauvaise nouvelle pour les entreprises implantées là-bas, notamment dans les cosmétiques, le luxe et l’agro-alimentaire", a déploré ce lundi sur RMC Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef.

"Mais il n’est pas question de céder au chantage", ajoute-t-il. "Il y a un moment où l’on doit faire passer les principes avant la possibilité de développer nos affaires. On est évidemment totalement solidaire du gouvernement français et j’appelle les entreprises à résister à ce chantage et malheureusement à subir ce boycott, pour l’instant localisé".

"Ne pas répondre à la bêtise par la bêtise"

Le président du Medef ne s’attend pas pour l’instant à des réactions d’ordre économiques de la part de l’Union européenne. "On n'est pas dans la même ampleur de ce qui se passe dans le pays, mais les principes n’ont pas de prix". Et devant d’autres appels à boycotter des produits qatariens alors que le pays appel au boycott et possède plusieurs entreprises en France, Geoffroy Roux de Bézieux appelle "à ne pas répondre à la bêtise par la bêtise".

"Nous avons des principes et des valeurs que nous voulons universelles. Dans ces valeurs il y a le respect de l’autre donc il n’est pas question de boycotter qui que ce soit, simplement de s’en tenir à nos valeurs républicaines", conclu-t-il.
Guillaume Dussourt