RMC

Des électeurs de Mélenchon tentés par le vote FN: "je suis contre Le Pen mais je vais voter pour elle"

Que vont faire les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, éliminé dimanche, au second tour de la présidentielle? Certains sont tentés par le vote Marine Le Pen, le 7 mai, comme l'a constaté RMC à Marseille, où le candidat de la France insoumise est arrivé en tête des suffrages, devant la candidate du Front national.

Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, n'a toujours pas donné de consigne de vote à ses électeurs en vue du second tour, le 7 mai. Des électeurs courtisés par le Front national, dont Florian Philippot. Invité lundi de RMC et BFMTV, le numéro 2 du FN a évoqué la volonté de Marine Le Pen d'abroger la loi El-Khomri et a insisté sur le côté "anti-système" de la présidente du parti. Des thèmes prônés par Jean-Luc Mélenchon.

Et visiblement, le message passe auprès de certains électeurs de la France insoumise. "Par rapport aux deux candidats qui restent, Marine est plus proche de la vérité, assène ainsi Jamila, habitante du 14ème arrondissement de Marseille, ville où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête (avec 24,82% des voix, devant Marine Le Pen, 23,66%). Tout ce qu'elle annonce sur l'entreprise, le salarié, l'emploi, l'Europe… c'est très intéressant".

"Ce qu'elle dit est très intéressant"

Si Sylvie n'adhère pas au discours de la candidate du Front national, elle espère pourtant que celle-ci l'emportera contre Emmanuel Macron, dans deux semaines. "J'ai voté pour Jean-Luc Mélenchon parce qu'il avait un programme qui me correspondait, explique-t-elle sur RMC. Et là je voterai Le Pen. Parce que je veux que les gens descendent dans la rue. Si on vote Le Pen, il va se passer quelque chose, et il faut qu'il se passe quelque chose parce qu'on n'en peut plus. On ne va pas encore voter pour Macron, pour toujours les mêmes. Ça fait 30 ans que ça dure. Je suis contre Le Pen mais je vais voter pour elle".

"Il faut voter Le Pen pour qu'il se passe quelque chose"

Sarah Soillihi, l’une des porte-parole de la France Insoumise à Marseille, estime que ce type d’électeurs tentés par le vote FN reste très isolé, tout en comprenant leur attitude. "Je pense qu'ils sont très minoritaires aujourd'hui au sein de la France insoumise, et qu'ils parlent avec leur cœur, un peu abîmé suite au premier tour. Personnellement, je vais militer et essayer de leur faire comprendre que le vote Le Pen, ce n'est pas le vote pour la France de demain, pour une France qui réussit, une France courageuse." Pour autant, pas question pour les militants de la France Insoumise de faire campagne pour Emmanuel Macron, préviennent-ils.

P. Gril avec Lionel Dian