RMC

Se sentant "floués par l'Europe", un tiers des agriculteurs choisissent Marine Le Pen

Plus du tiers des agriculteurs songeraient à voter pour la candidate du Front national à l'élection présidentielle d'avril et mai prochain. RMC a rencontré sur le Salon de l'Agriculture, Yohann, éleveur dans la Manche qui se dit "sûr et certain" de voter cette fois pour Marine Le Pen.

C'est la première candidate à la présidentielle à se rendre au Salon de l'Agriculture, et c'est aussi la première dans le cœur des agriculteurs. Marine Le Pen est en visite ce mardi au Salon, dès 9h30. Une visite dans un contexte très favorable à la candidate du Front national. Plus du tiers (36%) des agriculteurs songeraient à voter pour elle, selon une étude CeviPof publiée le 16 février. Un chiffre supérieur à la moyenne nationale.

La candidate du Front national séduit de plus en plus chez cet électorat, historiquement classé à droite. "Depuis quelques années, le FN parle des mondes ruraux, et sans doute que son discours sur les 'oubliés de la mondialisation', sur ceux qui travaillent dur résonne aux oreilles du monde agricole, explique sur RMC Joël Gombin, spécialiste du vote FN. Dans le même temps la droite traditionnelle s'est pas mal détournée du monde rural, pour des raisons démographiques. Aujourd'hui le vote des agriculteurs pèse très peu dans l'électorat et ce n'est pas de ça dont dépend la victoire, donc le FN y a sans doute vu une niche dont il pouvait se saisir".

"On est au bord du précipice"

RMC a rencontré au Salon de l'Agriculture Yohann Quesnel, éleveur depuis 10 ans dans la Manche. Il fait partie de ceux qui se sentent attirés par Marine Le Pen. "Je n'ai pas voté en 2007 ni en 2012, mais là je vais voter Marine Le Pen, c'est sûr et certain. Il faut y croire parce qu'on a plus le choix. On est au bord du précipice et ce précipice se rapproche. Le Salon c'est une belle vitrine pour nos produits, mais derrière cette façade se cache un malaise social énorme".

"Ils ne savent plus où sont les solutions politiques"

"On a des agriculteurs qui ne savent plus où sont les solutions politiques, abonde François Purseigle, spécialiste du monde agricole. On voit que les agriculteurs ont parfois le sentiment d'avoir été floués par l'Europe. Ils sont déçus par les grandes politiques à la fois européenne et mondiale et on constate depuis 2002 que les agriculteurs pouvaient être sensibles au discours du Front national".

Et pour ceux qui refusent le vote frontiste, la droite n'est plus un choix évident. La moitié des agriculteurs envisageraient tout simplement de ne pas voter à l'élection présidentielle.

P. Gril avec J. Cheida