RMC

Coronavirus: "Ces éditorialistes dans leur bureaux parisiens m'énervent", le coup de gueule d'un Français en Chine sur RMC

Auditeur fidèle de RMC depuis la Chine, Jean-Pierre a livré son témoignage sur la situation de crise face au coronavirus chinois.

Il habite la province de Zhejiang, tout près de Shanghai. Et il le dit: "Il n'y a pas de panique générale". Accompagnée de sa petite fille par Skype en direct sur RMC, il raconte la réalité de la situation dans son quotidien malgré les mesures drastiques prises par endroits par les autorités chinoises pour contenir l'épidémie de coronavirus. 

Le nombre de victimes a ainsi bondi à 106 morts et celui des cas confirmés dépasse 4.500 dans toute la Chine, selon un bilan des autorités mardi. La ville de Pékin a fait état lundi de son premier décès, un homme de 50 ans revenu de Wuhan.

"Les villes sont de plus en plus désertes, les magasins se vident, mais il n'y a pas de panique générale. Les Chinois sont assez pragmatiques et prennent cela comme il faut. Lorsqu'on sort, on se protège comme il faut avec des masques. Quand on veut quitter la ville, prendre l'autoroute, il y a une prise de température de tout le monde dans les voitures, pareil sur les routes secondaires. Les gens qui ont voyagé de Wuhan vers d'autres provinces sont priées de se faire connaître des autorités et de se mettre en quarantaine chez eux" raconte-t-il avec le sourire.

"Ca ne sert à rien de paniquer en France: tout va bien!"

Face caméra, Jean-Pierre tient toutefois à souligner la déformation de l'information entre la Chine et le reste du monde:

"Les critiques contre les mesures chinoises sont démesurées: ce qui m'énerve, ce sont tous ces éditorialistes dans leurs bureaux parisiens, qui voient toujours le mauvais côté de la Chine... Mais franchement, faire ce que font les autorités, fermer les routes, fermer les villes, mettre les gens en quarantaine, on peut le critiquer, mais les Français sont les champions du monde du "principe de précaution", et quand la Chine le fait, c'est critiqué de la part de certains éditorialistes qui ne quittent jamais Paris! C'est ça le problème: ils voient la situation à travers des reportages... Et ça m'énerve!" dénonce-t-il.

Pour ce papa, cette situation est pourtant perçue comme une opportunité pour certains Chinois, en congés pour le Nouvel an, de se retrouver en famille alors que de nombreuses festivités pour l'année du "Rat" ont été annulées :

"En Chine, c'est bien vu. On a demandé aux entreprises de décaler la réouverture à une semaine en raison du Nouvel an, les bureaux, on leur demande de faire du télétravail au maximum. Les magasins physiques ferment car ils manque de provisions, notamment. Mais on s'adapte très bien. Les gens sont devenus très créatifs avec l'ennui et on voit des choses très drôles sur les réseaux sociaux. On rigole plutôt et on passe plus de temps en famille. Ca ne sert à rien de paniquer: tout va bien. En France, vous avez trois cas, franchement, il n'y a pas lieu de paniquer. Il n'y a rien à craindre!"
Xavier Allain