RMC

"On a aucune nouvelle, c'est le système D" : les généralistes de Crépy déplorent la gestion du coronavirus par les autorités

Alors que des tests du coronavirus sont prévus pour les soignants de l'hôpital de Crépy-en-Valois, les médecins généralistes de la ville déplorent d'être laissés sur la touche et dénoncent le manque d'information de la part des autorités sanitaires.

Une seconde personne est morte à Crépy-en-Valois dans l'Oise, épicentre de l'épidémie de coronavirus en France. Du côté des médecins généralistes on s’inquiète de la propagation du virus. L’ARS a annoncé l’envoi de 25.000 masques pour les praticiens du département de l’Oise, mais les médecins généralistes n’ont reçu aucune information à ce sujet. 

Alors recevoir des patients à la maison médicale de Crépy-en-Valois en pleine crise du coronavirus, cela inquiète Alexandra, secrétaire médicale: "Les gens circulent à Crépy-en-Valois comme ils veulent. J'ai reçu deux patients, ils ont peut-être le virus et je l'ai peut-être attrapé je n'en sais rien. J'ai peur pour moi ou pour mes enfants et c'est assez angoissant", s'inquiète-t-elle au micro de RMC.

"Chaque généraliste dans le secteur a été confronté au virus"

Depuis vendredi, les médecins portent des masques retrouvés au fond d’un carton. Le matériel et la communication des autorités sanitaires manquent cruellement: "On a aucune nouvelle du conseil du l'ordre. Depuis quelques jours c'est le système D, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Est ce qu'on ferme et ce qu'on ne ferme pas ?", déplore le docteur Thai Mai Tran, médecin généraliste à Crépy-en-Valois.

Les autorités sanitaires doivent faire passer des tests au personnel de l’hôpital de la ville aujourd’hui. Mais rien n'est prévu pour les généralistes déplore le Docteur Hersin: "C'est totalement absurde. Chaque généraliste dans le secteur a été confronté au virus c'est évident. En attendant, on voit toujours plein de patient. Je crois que c'est important de savoir que nous ne sommes pas porteurs du virus. Je crois que nous les médecins généralistes de campagne sommes un peu oubliés".

Et depuis le début de l'épidémie, le praticien constate que de nombreux patients annulent leur rendez-vous, par peur de contracter le virus.

Garance Munoz et Romain Cluzel