RMC
Exclusivité

Des RER dans dix grandes villes: "Pas encore de liste déterminée" selon Clément Beaune

Invité d’"Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, Clément Beaune a pris le relais du président de la République Emmanuel Macron sur le projet de création de RER dans dix métropoles. Selon le ministre délégué aux Transports, la liste des villes qui en bénéficieront n’est pas encore arrêtée.

Des RER dans dix métropoles. C’est le projet qu’a annoncé Emmanuel Macron ce dimanche, pour aider les habitants à se déplacer et contribuer à limiter l’impact environnemental des transports individuels. Quelles villes seront concernées ? Ministre délégué, chargé des Transports, Clément Beaune assure que la liste n’est pas encore finalisée. Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, il cite le projet déjà lancé à Strasbourg, mais aussi d’autres pistes à l’étude.

"C’est une grande ambition qu’a donnée le président de la République, souligne Clément Beaune. On a besoin d’investir dans les transports publics. C’est un grand projet pour le pays, comparable à ce qui a été lancé pour le Grand Paris il y a une dizaine d’années, qu’on est en train de réaliser. Comme l’a dit le président, il n’y a pas de raison qu’on réserve ces liaisons entre les quartiers des banlieues et des grandes villes à la région parisienne. On veut le faire dans une dizaine de grandes villes. Ce sera affiné. Il n’y a pas encore de liste déterminée. Il y a des projets qui ont déjà démarré. A Strasbourg, il y a un projet très avancé, soutenu par l’Etat, la région, la métropole. Il y a déjà des projets relativement mûrs, comme à Strasbourg mais aussi à Lille, Bordeaux et Toulouse."

Des précisions "avant Noël" puis début 2023

Il faudra encore attendre quelques semaines, voire quelques mois, pour savoir où ces RER pourront être déployés. "Il faut préciser combien ça coûte, les tracés, les villes qui seront prêtes en priorité et qui seront soutenues par l’Etat, explique Clément Beaune. Il y a un rapport qui est en cours, par le conseil d’orientation des infrastructures, présidé par un parlementaire, avec tous les partis politiques qui participent. Il rendra ses travaux avant Noël. On aura des informations plus précises sur ces RER métropolitains. En début d’année, sous l’autorité de la Première ministre, on définira des calendriers et des financements plus précis."

Et les travaux prendront du temps, beaucoup de temps, alors que les réseaux déjà existants sont souvent en souffrance. "Les transports, c’est investir dans l’avenir, assure Clément Beaune. Quand on lance un projet d’investissement dans les transports, ça met énormément de temps, surtout les projets les plus ambitieux. Ces RER métropolitains, c’est à l’horizon d’une décennie. On doit aussi changer et améliorer le quotidien. En Ile-de-France, je sais que c’est difficile en ce moment. Et aussi dans les Hauts-de-France, où j’ai demandé à la SNCF un plan pour recruter des conducteurs. On fait appel par exemple à des jeunes retraités pour qu’on comble les manques. Il y a des pénuries aujourd’hui. En Ile-de-France, on travaille avec la région et la RATP." Pour garantir à tous les usagers, à Paris et un jour dans les autres grandes métropoles, un service fiable.

LP