RMC
"J'ai dénoncé la convention qui me liait avec l'ACMB à cause de la montée salafiste dans la mosquée de Bègles." Noel Mamère

"J'ai dénoncé la convention qui me liait avec l'ACMB à cause de la montée salafiste dans la mosquée de Bègles." Noel Mamère

Noël Mamère, député-maire écologiste de Bègles, était face aux GG. Après avoir été informé par les services de renseignement que la mosquée de Bègles était infiltré par des salafistes. Noël Mamère a pris la décision de dénoncer la convention qui le liait à l'association des Citoyens Musulmans de Bègles. Malgré des manifestations, il affirme ne pas avoir cédé.

"Nicolas Sarkozy m'avait proposé d'être ministre des Outre-Mer. J'ai refusé!" Christine Kelly

"Nicolas Sarkozy m'avait proposé d'être ministre des Outre-Mer. J'ai refusé!" Christine Kelly

“Invitée surprise'" c’est le nouvel ouvrage de Christine Kelly.C’est aussi l’expression qui décrit le mieux son parcours et ses réussites. Nommée par Gérard Larcher au CSA en 2009, il lui est souvent reproché des affinités avec des personnalités politiques de droite. Ce que dément, Christine Kelly, qui avait par ailleurs refusé, la proposition de Nicolas Sarkozy, celle d'être ministre des Outre-Mer.

"J'approuve les lanceurs d'alerte comme Amnesty International, qui nous invite à faire attention." Père Patrice Gourrier

"J'approuve les lanceurs d'alerte comme Amnesty International, qui nous invite à faire attention." Père Patrice Gourrier

Après le discours de François Hollande devant le Congrès, la Ligue des droits de l'Homme s'est inquiétée de l'instauration d'un "état d'urgence en permanence", en déplorant une "logique de guerre néfaste aux libertés individuelles". Une inquiétude partagée par le père Patrice Gourrier, qui approuve les lanceurs d'alerte comme Amnesty International, qui nous invite à faire attention."

"On a refusé de combattre le salafisme dans les banlieues, par peur de stigmatiser l'ensemble des musulmans." Natacha Polony

"On a refusé de combattre le salafisme dans les banlieues, par peur de stigmatiser l'ensemble des musulmans." Natacha Polony

Suite aux attentats de ce vendredi 13 novembre, l'un des kamikaze Samy Amimour a travaillé 15 mois à la Régie des transports. En interne, certains s'inquiètent d'une montée des incidents liés à la religion parmi les agents. Des inquiétudes signalées depuis longtemps, en vain le précise Natacha Polony, car " on a refusé de combattre le salafisme qui grignotait les banlieues, par peur de stigmatiser l'ensemble des musulmans."

 "Ça fait 30 ans que nous avons une bienveillance invraisemblable envers la radicalité islamique" Gilles-William Goldnadel

"Ça fait 30 ans que nous avons une bienveillance invraisemblable envers la radicalité islamique" Gilles-William Goldnadel

Ce matin, dans l'édition spéciale des GG, l'avocat Gilles-William Goldnadel, a exprimé sa colère sur "la messe compassionnelle qui a empêché de nommer les causes, c'est à dire, " l'islamisme." Ainsi, l'avocat a dénoncé que "depuis 30 ans, la France vivait dans une bienveillance invraisemblable envers la radicalité islamique." Tout en précisant que cela n'avait rien à avoir avec la majorité des musulmans de ce pays.

"Ça suffit les excuses sociales! C'est pas parce que t'es pauvre, que tu deviens terroristes!" Marie-Anne Soubré

"Ça suffit les excuses sociales! C'est pas parce que t'es pauvre, que tu deviens terroristes!" Marie-Anne Soubré

Le vendredi 13 novembre au soir, Paris est attaquée. Les multi-attentats, au Bataclan, dans le 10ème et 11ème arrondissements de Paris et au stade de France. Des attaques qui font plusieurs dizaines de blessés et une centaine de morts. En studio, ce matin, Elina Dumont précisait adorer la France, en soulignant qu'une partie de la population a été oubliée. Une réflexion de trop, pour Marie-Anne Soubré qui excédée, estime qu"il fallait arrêter " les excuses sociales."

"Je n'aurais jamais imaginé que ma spécialité en médecine, deviendrait une spécialité de guerre." Dr Zouhair Lahna

"Je n'aurais jamais imaginé que ma spécialité en médecine, deviendrait une spécialité de guerre." Dr Zouhair Lahna

Idlib, Maarat, Alep… Le docteur Lahna sillonne le nord-ouest de la Syrie pour soigner des patients, opérer les civils blessés et former de jeunes praticiens. Il se rend partout où l’on a besoin de lui. Un engagement bénévole sous l’égide de l’Union des organisations syriennes de secours médicaux (UOSSM). Ce matin, face aux GG, il racontait ce qu'il avait marqué à Alep,en Syrie, lorsqu'il venait en aide aux civils blessés.