RMC
Rama Yade: "Prétentieuse, mondaine (...) C’est de l’usurpation" Charles Consigny

Rama Yade: "Prétentieuse, mondaine (...) C’est de l’usurpation" Charles Consigny

«J’ai l’impression qu’il y a beaucoup d’égo dans cette démarche. C’est un mélange de jurisprudence Hollande et de jurisprudence incarnée par vous. » Pour Charles Consigny, la conseillère régionale représente « la politique people. Certains sortent des livres, d’autres se présentent à des élections pour lesquelles à l’évidence ils ne sont pas du tout compétents. » Un portrait dressé par Charles Consigny qui ne plait pas du tout à Rama Yade «J’ai la conscience de ce qu’est notre pays. Ce n’est pas un geste anodin. » Quant à la peopolisation de la politique « Je ne suis pas quelqu’un qui fréquente les magazines people (…) je ne fréquente pas non plus les soirées mondaines. » lui a-t-elle rétorqué. S’ensuit un échange houleux, « C’est vous qui dites des bêtises. C’est de l’usurpation. » conclu Charles Consigny.

Tout, tout de suite de Richard Berry « J’ai lu le scénario, j’ai été effaré ! » Alexandre Arcady

Tout, tout de suite de Richard Berry « J’ai lu le scénario, j’ai été effaré ! » Alexandre Arcady

Le réalisateur du film 24 jours 2016 s’est exprimé au sujet de la sortie du film Tout, tout de suite (11 mai 2016) de Richard Berry. « Si j’ai fait ce film 24 jours, c’est après avoir lu le scénario de Tout, tout de suite. J’ai eu de grandes difficultés car personne ne le voulait. » Les deux films reviennent en effet sur l’affaire Ilan Halimi. «En lisant ce scénario j’ai été effaré de cette vision de l’affaire. J’ai voulu qu’il y ait un autre film qui donne un autre éclairage.» Le réalisateur insiste « J’avais lu le scénario, j’étais effaré.» Quant aux relations entre Alexandre Arcady et Richard Berry « La page est tournée.» insiste-t-il.

Salah Abdeslam: "Ce qu’on voudrait c’est qu’il soit mort." Didier Giraud.

Salah Abdeslam: "Ce qu’on voudrait c’est qu’il soit mort." Didier Giraud.

«Je ne suis pas famille de victime mais ce qu’on voudrait c’est qu’il soit mort. » Pour Didier Giraud. « On ne sait pas s’il va parler, on ne sait pas s’il y aura des explications, il y aura forcément des stratégies pour dire qu’il est fou. » tente t-il d’expliquer. Pour lui, la justice n’utilise pas forcément les bons moyens et elle a ses limites « Ce gars-là il fallait le faire parler. Mais qu’est-ce que ça avance de savoir où il est, comment il est surveillé, … Ça nous rassure sur le fait que la justice fasse bien son travail (…) On l’aurait mis dans un petit cachot sombre pour le faire parler avant de l’emmener en grande pompe à Fleury-Mérogis, on aurait fait du meilleur travail. » conclu-t-il.

Gifle Joey Starr - Gilles Verdez: "C'est un jeu tout ça ! C'est de l'amusement !" Patrick Sébastien

Gifle Joey Starr - Gilles Verdez: "C'est un jeu tout ça ! C'est de l'amusement !" Patrick Sébastien

« La télévision c’est de l’amusement » assure Patrick Sébastien. Pour l’animateur proche de Cyril Hanouna, ce dernier « se fait critiquer car il est dans une cour de récré. » Quant à l’histoire de la gifle « Je m’en fous. J’aime bien Joey Starr, ça fait partie de ces gens à qui il ne faut pas casser les couilles. C’est un jeux tout ça. Tout ça c’est de l’amusement. » conclu-t-il.

Ouverture des parcs la nuit à Paris : « Oui, à condition d'avoir une surveillance » Bernard Debré

Ouverture des parcs la nuit à Paris : « Oui, à condition d'avoir une surveillance » Bernard Debré

Pour Bernard Debré (député de Paris et professeur de médecine), l’ouverture des parcs la nuit risque de créer des zones « où l’on va se droguer ! » Pour lui, « s’il n’y a personne pour surveiller c’est non ! » Le problème selon lui relève d’une histoire de moyen « Il faut mettre des gardiens de parc, ça existe déjà. » Pour Etienne Liebig, « c’est une histoire de philosophie. Le vrai problème c’est la France avec sa jeunesse (…) La politique ne doit pas seulement penser aux électeurs potentiels mais aussi au monde de la jeunesse. »

Baisse du chômage: "C'est complètement débile, c'est de l'enfumage total." Johnny Blanc

Baisse du chômage: "C'est complètement débile, c'est de l'enfumage total." Johnny Blanc

« Je ne sais pas dans quel pays ils vivent. Sans être pessimiste je ne le vois pas autour de moi. » annonce Johnny Blanc. Pour lui ces annonces « C’est complètement débile, c’est de l’enfumage total. Des stats mensuelles ça ne sert à rien. C’est quelque chose qui se fait sur la durée. » Une baisse du chômage influencée selon lui par la mise en place du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi ) et par l’exonération des charges pour la première embauche. Selon lui, « On n’embauche pas car le boulot coûte trop cher. Je demande juste que ces charges soient supportables. » conclu-t-il.

"On ne fait pas Nuit Debout quand on est en guerre" François Heisbourg.

"On ne fait pas Nuit Debout quand on est en guerre" François Heisbourg.

"Le 13 novembre est un échec abominable." affirme François Heisbourg. Pour l'auteur de "Comment perdre la guerre contre le terrorisme", le problème relève de la position de l'état et du déploiement des forces de police malgré la reconduction de l'état d'urgence: "Nous ne sommes pas en guerre contre Daesh" a-t-il déclaré. "Est ce que sinon on organiserait la Nuit Debout ? Non ! (...) Il y a un petit problème visiblement."

"Je suis devenu un citoyen lambda (...) j'aimerais être libre aujourd'hui" Jean-Louis Debré

"Je suis devenu un citoyen lambda (...) j'aimerais être libre aujourd'hui" Jean-Louis Debré

Jean-Louis Debré est-il un homme comme les autres ? « Je suis un citoyen lambda, je suis moi. » L’ancien président du Conseil Constitutionnel est au cœur de l’actualité médiatique ces derniers jours. Jean-Louis Debré a-t-il réellement tenté de forcer un barrage de police ? « Non. J’ai pris la voiture (banalisée) pour une course privée que j’ai exercé seul. Les papiers étaient différents des miens. » explique-t-il.

"Il y a beaucoup de liberté. C’est la fête en prison !" Mehdi, auditeur.

"Il y a beaucoup de liberté. C’est la fête en prison !" Mehdi, auditeur.

«Je suis 100% d’accord avec cette proposition. Il y a beaucoup de liberté. C’est la fête en prison » affirme Mehdi. Pour l’Observatoire international des prisons la mesure serait contraire à la dignité humaine. Pourtant, Mehdi assure que ces fouilles existaient déjà « Il n’y a rien d’humiliant. A partir du moment ou un surveillant a un doute, c’est normal. » Mehdi assure: «Beaucoup d’activités sont disponibles pour les détenus. Des cours avec des étudiants, des jeux de société, des lieux de cultes. Dans certaines grandes prisons on peut aussi passer son code de la route ! » affirme Mehdi. « Il y a vraiment trop de liberté en prison je pense. On peut même commander une console de jeux, des chaines hi-fi, … » conclu-t-il

"Depuis que je vote, je vote contre, j’en ai marre !" Alexandre Jardin

"Depuis que je vote, je vote contre, j’en ai marre !" Alexandre Jardin

"Bleu, Blanc, Zèbre": "Un mouvement populaire" selon Alexandre Jardin, son fondateur. Il faut que le peuple se prenne en main, « il faut que le plaisir revienne dans le pays. Depuis que je vote, je vote contre, j’en ai marre ! » Pour Alexandre Jardin, le système normatif de notre pays rend « dingo. C’est un système normatif dingo ! » insiste-il. Un mouvement pour « faire une révolution civique, altruiste, … » Une révolution politique pour 2017 ? Alexandre Jardin l’affirme : « Je ne laisserai pas des partis discrédités avoir le monopole de qui va se présenter, ça suffit les conneries ! »

"L’opinion publique est traumatisée par la radicalisation de l’islam !" Charles Consigny

"L’opinion publique est traumatisée par la radicalisation de l’islam !" Charles Consigny

Dans la nuit du 21 au 22 avril, le collectif La Chapelle debout et 150 migrants se sont installés dans le lycée Jean-Jaurès du 19ème arrondissement de Paris. « Ce n’est pas parce qu’ils sont en situation irrégulière qu'ils n’ont pas le droit à un minimum de dignité.» souligne Charles Consigny, juriste et écrivain. Le problème selon lui réside dans la position de l’Europe en faveur des réfugiés de guerre. « L’Europe à 28 est la première puissance du monde. Si on ne peut pas accueillir ces réfugiés de guerre, ça veut dire qu’on est mort. » Pour lui l’opinion publique « est traumatisée par la radicalisation de l’islam. C’est ce qui tapisse l’opinion actuelle. » Pour Joëlle Dago-Serry, chargée de clientèle dans le logement social, ce repli sur soi-même est lié à une question d’origine : « S'il y avait une guerre en Norvège ou au Danemark, on trouverait normal d’ouvrir nos portes.»

Voile: "Je ne comprends pas pourquoi le dialogue est si facile dans la rue et pas derrière les micros" Joann Sfar

Voile: "Je ne comprends pas pourquoi le dialogue est si facile dans la rue et pas derrière les micros" Joann Sfar

Manuel Valls, il y a 10 jours exprimait son souhait de voir le voile interdit à l’université. Une séquence qui « m’a terrorisé [...] en réponse il y a la journée du voile à Sciences-Po. » affirme Joann Sfar. « J’ai des amies qui sont voilées avec qui on parle du voile, avec qui on en rigole. Dès qu’on parle derrière les micros tout devient tendu parce qu'il y a twitter, parce qu’il y a les réseaux sociaux car on devient un instrument de manipulation politique. La religion quand elle est intime elle n’a jamais embêté personne c’est dès qu’elle devient un étendard.» Pour lui le débat est d’avantage politique et médiatique. «On pourrait faire l’économie de ce genre d’agitation, et s’approcher des jeunes gens qui vivent la religion au quotidien et essayer de dépassionner le débat. »

"Hanouna a fait le coup de la gifle la veille des audiences radio, il sait ce qu'il fait " Joann Sfar

"Hanouna a fait le coup de la gifle la veille des audiences radio, il sait ce qu'il fait " Joann Sfar

Donald Trump, Emmanuel Macron, Christiane Taubira, Alain Juppé, Joey Starr & Cyril Hanouna sont passés par le GG Tweet de Joann Sfar. Joey Starr ? "Quand on entre dans sa loge sans prévenir et qu'on lui tape sur la tête, on cherche la merde." Quant à Cyril Hanouna ? "Il est bon, c'est un gros malin ! Il savait très bien ce qu'il faisait. Il a fait le coup de la gifle la veille des audiences d'Europe 1. Il savait très bien quoi faire pour qu'on ne parle pas de ses audiences !"

Affaire Leonarda: "On nous a demandé de rendre des comptes !" Général Bertrand Soubelet

Affaire Leonarda: "On nous a demandé de rendre des comptes !" Général Bertrand Soubelet

2 ans et demi après l’affaire Leonarda, Le général Bertrand Soubelet reviens sur cette affaire politique. «Je l’ai vécu comme directeur des opérations. On nous a demandé des comptes. On a pris toutes les précautions pour que l’affaire ne se déroule pas avec l’arrivée des gendarmes, l’arrêt du car. On s'est mis d'accord avec les enseignants pour que cela soit fait dans les meilleures conditions » Le général dément : « Ce qu’on a raconté n’avait rien à voir avec la réalité et on nous a demandé de rendre des comptes. » Lors de l’affaire, la gendarmerie était mise en cause car elle était intervenue lors d’une sortie scolaire. « On met des militaires de la gendarmerie en difficulté en faisant croire qu’ils n’ont pas fait le job. Et on met le président de la république en difficulté parce qu’on lui présente des infos pas consolidées, on l’a envoyé un peu au casse-pipe je trouve ça pas très honnête. » assure-t-il.

Laurent Fabius: «Une conception monarchique du pouvoir.» Vincent Jauvert

Laurent Fabius: «Une conception monarchique du pouvoir.» Vincent Jauvert

Pour Vincent Jauvert, Laurent Fabius a « une conception monarchique du pouvoir. » Le journaliste a enquêté plusieurs mois sur la face cachée du Quai d’Orsay. L’ancien Ministre des Affaires Etrangères installé au Quai d’Orsay « ne traitait jamais directement avec les gens sous lui. » Vincent Jauvert précise, qu’il ne traitait « qu’avec son directeur du cabinet auquel il donnait des bristols a son nom. Par exemple : virer untel et mettre à sa place unetelle qui par hasard était une de ses copines. » Il décrit l’homme comme intelligent, « mis sur orbite par Mitterrand. C’est un homme d’état. » Des privilèges accordés par Laurent Fabius mais également par François Hollande : « François Hollande, la seule chose qui l’a occupé au Quai d’Orsay, c’était de recaser ses copains de la promotion voltaire à de bons postes. »

Gifle Joey Starr - Gilles Verdez: "On passe en direct dans l'espoir qu'il se passe quelque chose." Charles Consigny

Gifle Joey Starr - Gilles Verdez: "On passe en direct dans l'espoir qu'il se passe quelque chose." Charles Consigny

« Quand le dérisoire devient essentiel, l’essentiel passe pour dérisoire. » C’est ainsi qu’explique Fatima Aït Bounoua l’ampleur de l’histoire de la baffe. « Il y a une disproportion entre des faits très graves et le traitement de cette anecdote. » souligne-t-elle. « Le CSA est impuissant une fois de plus. » soulève Jacques Maillot. Une baffe vécue en direct sur D8 mardi soir et les menaces de Cyril Hanouna d’annuler son émission le lendemain. Charles Consigny, lui est d’accord avec Fatima. « Dans le même temps, 500 migrants meurent noyés en méditerranée, alors qu’ils essayent de rejoindre la première puissance du monde, l’Europe. […] Je pense qu’il y a beaucoup plus de gens qui sont au courant de ce qui s’est passé dans cette émission que ceux qui sont au courant de ce qui se passe en méditerranée. »

Le voile intégral pour les petites filles de 4 ans,  "Je dis y'en a marre !" Claude Guéant.

Le voile intégral pour les petites filles de 4 ans, "Je dis y'en a marre !" Claude Guéant.

« Nous sommes au cœur de quelque chose de grave. Nous sommes au cœur du communautarisme. Il y a des lieux où on n’obéit plus aux lois de la république. » Le communautarisme est pour l’ancien ministre de l’Intérieur « le terreau de déviance ». En outre, l'initiative de Sciences-Po Paris (Hijab Day) est « scandaleux ! Ça veut dire populariser, banaliser le port du foulard. » affirme l'ancien ministre et étudiant de l'institution. « Moi je dis y’en a marre ! Quand je vois des commerces qui mettent en vitrine ou sur le net des tenues de voile intégral pour des petites filles de 4 ans, je dis y’en a marre, en France ce n’est pas possible. » conclu-t-il.

Alcool dans les stades de foot: "Les loges sont hors-la-loi !" Olivier Truchot

Alcool dans les stades de foot: "Les loges sont hors-la-loi !" Olivier Truchot

Boire de l’alcool dans un stade, ce sera possible samedi au stade de France. La loi Evin, stipule pourtant que la distribution d’alcool "est interdite dans les stades." Pour Etienne Liebig, éducateur, "l’Etat est responsable c'est une question de santé. » Johnny Blanc, fromager estime que le problème est le même lorsque les jeunes vont en boites de nuit « Ils boivent des bouteilles de vodka sur le parking des boites de nuit avant d’entrer. » Mais la question n’est pas nouvelle comme le relève Mohamed Chirani, consultant en politiques publiques : « Cela a déjà été proposé dans un amendement de la loi Macron et ça a été retiré. » Pourtant l’alcool est courant dans les stades, notamment dans les loges. « C’est le paradoxe, on peut boire à volonté » précise Olivier Truchot. « Pourtant la loi Evin l’interdit. Les loges sont hors-la-loi. »

Radicalisation: "Les méthodes de recrutement sont individualisées !" Dounia Bouzar

Radicalisation: "Les méthodes de recrutement sont individualisées !" Dounia Bouzar

La fondatrice du Centre de Prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam est revenue sur les méthodes d’embrigadement des jeunes. Elle observe que « ceux qui sont passé à l’acte pour le moment, ont un profil dit classique» Mais Dounia Bouzar constate également que « les recruteurs francophones arrivent à proposer plusieurs utopies différentes» pour recruter « des jeunes athées aux valeurs humanistes, des jeunes issus de familles catholiques. Il y en a plein ». L’anthropologue précise, « On est presque à 50% de ces jeunes sur les chiffres nationaux qui ne sont pas de familles musulmanes et la plupart ne sont pas des familles pratiquantes. » précise-t-elle. Des méthodes de radicalisation individualisées. « Ils ont des vidéos de manèges, de l’abbé pierre en fonction des profils. Ils adaptent ça. On suit tous les petits pas » du processus de radicalisation en amont conclue-t-elle.

La déradicalisation selon Manuel Valls "fait très peur de la part d'un premier ministre !" Dounia Bouzar

La déradicalisation selon Manuel Valls "fait très peur de la part d'un premier ministre !" Dounia Bouzar

« Les volontaires vont se faire déradicaliser ça me fait très peur de la part d’un premier ministre. Une personne radicalisée n’a pas conscience de l’être. » L’anthropologue est « en désaccord avec la politique du premier ministre » c’est ce pourquoi elle a refusé la reconduction des subventions explique-t-elle. « On est en lien toute la journée avec des jeunes qui sont en contact avec Daesh. On doit changer de salle tous les jours. On a une interdiction avoir deux fois la même salle. Ils veulent refaire un Charlie ? » Pour elle, le gouvernement ne protège pas les équipes travaillant dans ces centres : « Les gens qui empêche la chair fraîche d’arriver à Daesh sont repérer. C’est nous protéger ça ? Daesh essaie de savoir où on est, à quelle heure on finit. » confie-t-elle. « Les gens du gouvernement devraient descendre un petit peu. » conclue-t-elle.

Affiche de la CGT: "Une référence évidente aux affiches de 68 avec CRS=SS" Marie-Anne Soubré.

Affiche de la CGT: "Une référence évidente aux affiches de 68 avec CRS=SS" Marie-Anne Soubré.

Des affiches pour protester contre les « dérapages » lors des manifestations contre la loi travail ou pendant le rassemblement Nuit Debout à Paris. Un slogan : « La police doit protéger les citoyens et non les frapper ! ». Même si Marie-Anne Soubré, avocate et Grande Gueule avoue être « ravie quand il y a des vidéos » de ces bavures et que « s’il y’a des violences il faut que ces policiers soient condamnés. » Une affiche qui ne précise pas le contexte, « jetant l’opprobre sur tous les policiers de France. » Une flaque de sang et une matraque : « Il y a des références. Toute la police fait saigner sur l’affiche. C’est une référence évidente aux affiches de 68 avec CRS=SS. » affirme-t-elle. « C’est un rejet global de tout ce qui est force policière. »

"Le revenu universel est une solution à laquelle il faut réfléchir." Christine Boutin

"Le revenu universel est une solution à laquelle il faut réfléchir." Christine Boutin

«Le RSA jeune j’y suis très favorable. J’avais proposé à Raffarin quand il était premier ministre, la création d’un revenu-dividende universel. » Pour l’ancienne ministre ce projet n’est réalisable qu’à condition « d’une nouvelle répartition de la richesse. » Mais comment mettre en place ce RSA et pour qui ? « Tout le monde, de la naissance à la mort, touche quelque chose. » Un revenu de 400 euros envisagé pour pouvoir avoir dès 18 ans « un pécule qui permet d’aborder la vie » Création d’entreprise, financement des études « On ne peut plus continuer dans ce maquis d’allocation » précise t-elle.

Nuit Debout ? "Ça se situe entre la halte-garderie, le jardin d'enfants et le Club Med" Pascal Bruckner

Nuit Debout ? "Ça se situe entre la halte-garderie, le jardin d'enfants et le Club Med" Pascal Bruckner

« Ça m’a choqué, ça a choqué y compris les gens sur place. » L’expulsion d’Alain Finkielkraut « n’est pas une bonne publicité pour un mouvement déjà informe. » Pour le philosophe Pascal Bruckner, Nuit debout est un mouvement « où on palabre beaucoup. Ça se situe entre la halte-garderie, le jardin d’enfants et le Club Med. » Mr Bruckner affirme y être passé. Il y a vu « des gens qui discutent, car ils sont d’accord entre eux fondamentalement. » Quant aux dérives du mouvement : « Les casseurs sont dans l’espoir d’un mort qui pourrait faire un martyr pour le mouvement. » Un dérapage qui mettrait un peu plus la lumière sur ce mouvement, du moins pour les médias : « hormis les médias, les français s’en tamponnent. »

"On ne peut pas expulser qui que ce soit de cette Place, mis à part le FN !" Françoise Degois

"On ne peut pas expulser qui que ce soit de cette Place, mis à part le FN !" Françoise Degois

Pour Françoise Degois, conseillère politique « La Place de la République est à tout le monde. » Des personnalités et des politiques s’y sont rendus pour soutenir les manifestants. "On ne peut pas expulser qui que ce soit de cette Place, mis à part le Front National !» appuie-t-elle. « Le Front National n’est pas un parti républicain. » Alain Finkielkraut traité de « fasciste » et invité à sa « casser ». « J’ai de la sympathie (pour Alain Finkielkraut) ce n’est pas facile pour mon camp. » Pour Françoise Degois, « quel que soit la personnalité d’une personne on ne peut pas réagir comme ça. » Le mouvement Nuit Debout montre-il son vrai visage ? La classe politique s’indigne dénonçant « l’intolérance » du mouvement. «Un visage qui va devenir dominant » précise Mme Degois.