De plus en plus d'enseignants démissionnent: "L'Éducation nationale a réussi à me dégoûter du métier"

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • BBRET
    BBRET     

    D'un côté des familles peu éduquées (y compris nombre français qui se pensent de souche) qui se sont lasser avoir par les discours de L'état providence et des politiques qui en rajoutent en préférant l'assistanat au partage du travail socialisateur
    De l'autre des ministres et des kirielles de spécialistes qui n'ont jamais enseignés en primaires ou secondaires et qui prétendent que le contenu des programmes et le temps d'enseignement à la baisse sont les facteurs principaux d'une équation à multiples variables pour optimiser le mammouth
    Deux parties qui se moquent de l'avenir long terme de la société qui a besoin de valeurs et connaissances partagées pour évoluer s'adapter et devenir heureuse.
    Tout le système de l'EN consiste à réduire toute marge d'initiatives et de contrôler de plus en plus par le haut
    Des armées d'inspecteurs sont chargés de faire appliquer des normes et procédures
    Surtout pas de faire remonter les initiatives réussies
    Un bon vieux système au centralisme démocratique éprouvée par des générations de staliniens qui s'ignorent

  • carlier
    carlier     

    Normal les parents n 'eduquent plus leurs enfants.
    La politesse : bonjour au revoir merci même cela ils ne savent plus le dire.
    Vous me direz certains adultes ne montrent pas l'exemple.
    Déjà le niveau scolaire est très faible en France attendez les jeunes des pays étrangers eux veulent apprendre et le travail bien remunere sera pour eux.
    Faute aux parents qui n'acceptent plus que leur progéniture se fasse réprimander et les frères qui mettent leur grain de sel.
    Ou vas t'on.

    Végéta
    Végéta       (réponse à carlier)

    Je suis totalement d'accord avec votre analyse.
    J'ai beaucoup d'exemples de ce genre dans mon entourage où les parents ne supportent pas qu'on leur dise que leurs progéniture se comporte mal. À mon époque (dans les années 80, 90) si un prof avait le malheur de convoquer vos parents, c'était la panique pour l'élève. Maintenant c'est la panique pour le prof. Le monde ne tourne plus rond.

Votre réponse
Postez un commentaire