Dominique Strauss-Kahn joue avec les nerfs socialistes

Votre opinion

Postez un commentaire