Abdelaziz Bouteflika, à gauche, et le chef d'état-major des armées Ahmed Gaid Salah à droite.
 

Après avoir invalidé les dossiers des deux seuls candidats, le Conseil constitutionnel en Algérie a annulé dimanche l'élection présidentielle prévue le 4 juillet.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire