En Syrie, le déshonneur des démocraties