Le Conseil de l'ordre national des pharmaciens doit débattre ce mardi du projet d'instaurer une clause de conscience pour la profession. Une mesure qui pourra conduire un pharmacien à refuser "d'effectuer un acte pharmaceutique susceptible d'attenter à la vie humaine". Certains s'inquiètent de voir ainsi des pharmaciens refuser de délivrer la pilule du lendemain pour des motifs religieux.  Faut-il une clause de conscience pour les pharmaciens?