× RMC
Découvrez l'application
RMC
INSTALLER

Hamon : « Renégocier le traité européen pour éviter l’austérité »

Mis à jour le
Hamon : « Renégocier pour éviter l’austérité »
 

« Si le traité n’est pas renégocié, il ne sera pas soumis à la ratification du peuple français », a dit ce jeudi Benoît Hamon sur RMC/BFMTV. Le porte-parole du PS a assuré que François Hollande ne « changera pas de position » concernant la renégociation du traité européen.

Votre opinion

Postez un commentaire

188 opinions
  • Michel VALCIN
    Michel VALCIN     

    [Contenu Modéré]

  • tibert 83
    tibert 83     

    Les caisses de la sécu excédentaires, une balance commerciale excédentaire c'était quand déjà ? Ah, c'est vrai, sous Jospin ! 500 milliards d'euros, voilà ce qu'a coûté le quinquennat de Sarkozy ! Mais il y avait la crise, c'est vrai ! Rapport de la cour des comptes à l'appui, 350 milliards imputables à la crise, 150 milliards à Sarkozy . Le bouclier fiscal en période de crise, voilà une riche idée ! La vente des sociétés d'autoroutes à la moitié de leur valeur alors que les Français les ont payées durant des décennies, voilà une riche idée (Villepin était premier ministre alors, Sarkozy ministre de l'économie). Et que dire de l'explosion du budget de l'Elysée ? De l'Afghanistan où il n'y a plus raisonnablement rien à faire, tout respect gardé pour nos soldats qu'il faut d'urgence rapatrier du bourbier.

  • tibert 83
    tibert 83     

    Je crois savoir qu'en d'autres temps, nous fûmes capables de réunir de telles sommes pour mener un conflit contre un dictateur nord-africain ou pour financer une commande pharmaceutique excédant les effectifs même du peuple de France. Je crois savoir encore que le tunning du Falcon présidentiel, les frais sondagiers et autres dépenses courantes ne furent pas un problème alors. Que dire encore du coût de l'évasion fiscale, de l'embauche au noir dans les métiers de la restauration et du bâtiment chiffrées à plusieurs dizaines de milliards.

  • tibert 83
    tibert 83     

    Et si pour changer, tourner la page, nous nous souvenions que nous sommes français avant d'être de gauche ou de droite. Les attaques ont fusé de part et d'autre durant la campagne. Celle-ci est terminée, il n'était que temps ! Relevons les manches, cela en vaut la peine.

  • tibert 83
    tibert 83     

    Votre définition de l'identité nationale, héritage de l'humanisme européen et des Lumières est fort séduisante mais vous amène à une conclusion qu'il est délicat et prématuré de considérer comme un axiome. Qui peut dire si le "virage à droite" ou plus pudiquement le renouement avec des préoccupations identitaires propres à l'ensemble des Français patriotes de gauche à droite a servi ou desservi le président sortant. Beaucoup ont cautionné à droite cette réaffirmation des valeurs de la droite (ceux de la droite populaire notamment, Lionel Lucas en tête)quand d'autres s'en sont offusqués,, tournant le dos à N. Sarkozy. D'autres encore ont définitivement quitté la place occupée naguère encore par la droite républicaine pour céder au chant des sirènes frontistes et ne reviendront plus.

  • barbo
    barbo     

    Au lendemain de ce 6 mai 2012, deux sentiments dominent mon esprit : l’inquiétude et l’amertume. L’inquiétude, d’abord : confier les destinées de la France à un " capitaine de pédalo"

  • bypy
    bypy     

    Faudra-t-il à la droite une autre défaite aux législatives de juin pour qu’elle se demande pourquoi une partie de son électorat lui tourne le dos ? Il a manqué un peu plus d’un million de voix à Nicolas Sarkozy (48,37 % contre 51,63 % à François Hollande) pour gagner une élection annoncée depuis des mois comme une vague socialiste. En réalité, le scrutin était gagnable, dans une société convertie majoritairement aux valeurs de la droite. Mais deux millions de Français ont préféré s’abstenir ou voter blanc, souvent dans le but de sanctionner un président ayant redécouvert trop tardivement son intérêt pour la nation. Si la plupart des leaders de l’UMP persistent, Alain Juppé en tête, à entretenir des pudeurs de chaisière dès que les mots immigration et communautarisme sont prononcés, ils peuvent être assurés de faire une croix sur l’électorat sensible à ces réalités.

    La pensée médiatique, forte de son succès, fustige le discours "identitaire" tenu in extremis par Sarkozy sous l’influence de son conseiller, Patrick Buisson. C’est pourtant cette approche charnelle de la France qui lui a valu de retrouver des électeurs imperméables aux premières envolées sur le désendettement, la TVA sociale, le modèle allemand. Pour n’avoir pas suivi dès 2007 cette ligne obligeant à aborder les faiblesses de la cohésion nationale, Sarkozy a échoué de peu, vaincu par la défiance d’électeurs de Marine Le Pen et par l’opposition des cités. Serait-il "nauséabond" de défendre l’héritage humaniste européen, le legs des Lumières, l’esprit français et son mode de vie ? Ceux qui ne veulent pas que la France se dilue dans un multiculturalisme impensé voient désormais se raviver leurs craintes.

  • gan
    gan     

    Vous vous posez la question ( ou se trouve la Haine ) et bien je vais vous le dire, la Haine,et la méchanceté, et la jalousie "est de gauche" regardée "sans vous voilé la face" se qu'a du subir Sarkozy pendant 5 ans en matière d'insulte de votre famille politique.
    Alors S.V.P. un peut de modestie et d'honnêteté intellectuelles.

  • belux
    belux     

    Je ne pensais pas qu'il y aurait autant de pro allemands en France au moins 48%. C'est quand même incroyable que ces gens souhaitent que la France, représentée par son président élu échoue au niveau international. C'est un comble pour ceux qui prônent la France forte.
    Comme quoi les mots ne veulent pas dire grandes choses. On se demande de quelle côté se trouve la HAINE de l'autre.

  • gan
    gan     

    Si Hollande se range "comme vous le dites " du côté du peuple, et contre les marchés financiers ((alors, nous sommes morts)).
    Comment voulez-vous que Hollande trouve 500 millions par jour pour financé notre quotidien, alors que nous n'avons pas de croissance ??

Lire la suite des opinions (188)

Votre réponse
Postez un commentaire