Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 23 novembre 2017 à Alger, lors d'élections locales
 

Pour l'économiste spécialiste du Maghreb, Camille Sari, l'Algérie a les bases solides d'une démocratie qui permettront que le pays ne sombre pas dans le chaos même en cas de départ du président historique du pays. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire