"L’épisiotomie était basée sur des croyances du 18e siècle, mais les pratiques ont changé"
 

Lundi, la secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa s’est appuyée sur le chiffre de 75% d’épisiotomie chez les femmes qui accouchent pour dénoncer les violences obstétricales. Pour le professeur Didier Riethmuller, gynécologue-obstétricien au CHRU de Besançon qui affiche un taux de moins de 1%, il s'agit d'une méconnaissance de la réalité d’un métier qui a su évoluer depuis plusieurs années.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire