"Le 'non' grec est un bras d’honneur aux contribuables européens"