BN
 

Pour Eric Brunet, il ne fallait pas le libérer. Pour Laurent Neumann, il n'y avait pas d’autre choix. Le premier jihadiste français vient d’être libéré

Votre opinion

Postez un commentaire