× RMC
Découvrez l'application
RMC
INSTALLER

Le programme de Sarkozy est-il plus vertueux que celui d'Hollande ?

Mis à jour le
Nicolas Sarkozy et François Hollande
 

S’il est réélu Président le 6 mai, Nicolas Sarkozy promet 9,5 milliards d'euros de dépenses et un retour à l'équilibre budgétaire en 2016. Un programme « beaucoup plus vertueux que celui de François Hollande », estime l’UMP, tandis que le PS pointe « les vrais saccages » de son bilan.

Votre opinion

Postez un commentaire

366 opinions
  • hesperus31
    hesperus31     

    plus vertueux de celui de D.S.K ,si il s,était pas fait pincer et mis hors jeu!

  • yoyo5a
    yoyo5a     

    Guy Gilbert, le prêtre ouvrier qui ne se dépare jamais de son blouson de cuir, a accompagné Nicolas Sarkozy lors de son voyage officiel à Rome pour aller voir sa sainteté Benoît XVI. Le carnet de voyage du curé est un grand moment jubilatoire qui fera date dans les déplacements présidentiels. Découvrez Guy Gilbert avec son ami Nicolas, avec Dominique Perben, avec le pape, Jean-Marie Bigard, David Martinon et…Pauline Borghèse… Pour le plaisir, on vous reproduit ses impressions de voyage : « Nicolas Sarkozy m’a demandé de l’accompagner au voyage officiel qu’il a fait à Rome au Vatican le 20 décembre 2007. Surpris et interrogatif, j’ai accepté. Pourquoi ? Pour l’amitié vécue avec lui depuis neuf ans : c’était alors l’époque où il vivait en plein désert politique. Cette amitié est restée intacte malgré ma sensibilité de gauche…Très laïc et très spirituel à la fois, c’est un mec attachant et fidèle en amitié. On s’est revus plusieurs fois et je ne manque pas de lui dire ce que je pense…Que le chef politique de la France me fasse rencontrer mon chef religieux est une cocasse et belle aventure…La visite a duré une journée entière. J'ai admiré le confort de l’Airbus présidentiel… Et bien sûr, j'avais dans mon sac quelques demandes précises pour nos jeunes. Homme de parole, Nicolas Sarkozy a toujours su au cas par cas résoudre les problèmes insolubles de certains jeunes. Je vous passe les détails sur les dossiers complexes que je lui ai confiés…Puisse-t-il résoudre au cas par cas le problème de ceux et celles qui se les gèlent à travers la France…Si ma pauvre mère au Ciel m'a vu dans l’avion du président, elle a dû se dire : « Pauvre petit ! Il monte trop haut !… »- De toute façon, on a atterri le soir-même du 20 décembre … Et là, je connais assez le plancher des vaches pour savoir que j'allais retrouver Raymond et tant d’autres à ma porte… Ils sont, eux, mes seigneurs et maîtres ».

  • yoyo5a
    yoyo5a     

    Le candidat socialiste a du mal à incarner l’alternative à Nicolas Sarkozy. Ses partisans s’inquiètent de son absence de niaque.
    Rue de Solferino, par tradition, les portes sont toujours ouvertes. Pas de sas de sécurité comme à l’UMP. Au PS, les vents circulent librement. Mais depuis quelques jours, c’est un souffle de panique qui s’engouffre à grands flots. Se glisse dans les couloirs, se hisse par l’ascenseur jusqu’aux plus hauts étages. Il y a pourtant à peine un mois, les socialistes se croyaient aux portes du palais. Sarkozy ratatiné. Écrabouillé par un François Hollande à 60 % d’intentions de vote. Depuis, de l’eau a coulé sous le pont de Solferino. Une eau trouble, aux relents de défaite. Le vainqueur n’est plus. François Hollande s’est transformé en outsider. Un outsider tremblant dans son costume trop grand. « Il a le trouillomètre à zéro, affirme un élu proche de Laurent Fabius. Maintenant qu’il est seul face à Sarkozy, on a l’impression qu’il a perdu ses moyens. »
    Depuis fin novembre, le candidat cumule en effet les déconvenues : après son accord raturé avec Europe Écologie Les Verts, on le ­retrouve trottinant dans les allées du Salon du livre de Brive-la-Gaillarde au ­moment où son principal concurrent s’affiche au journal de 20 heures au côté de Barack Obama. La droite se gausse. Une semaine plus tard, il échoue à imposer l’un de ses plus proches conseillers, Faouzi Lamdaoui, face au protégé de Martine Aubry, Pouria Amirshahi, dans la 9e circonscription des Français de l’étranger pour les prochaines ­législatives. Le PS s’inquiète : leur leader manquerait-il de poigne ? Un cafouillage sur les retraites plus tard, et l’ombre de la défaite se profile à l’horizon. « J’ai vraiment le sentiment de revivre 2007 », lance un cadre du parti, écrasant cigarette sur cigarette dans un cendrier déjà plein. Le candidat Hollande est pourtant toujours donné gagnant avec 32 % d’intentions de vote au premier tour. Mais son ex-compagne Ségolène Royal, à la même époque, réalisait exactement le même score, et rue de Solferino, personne n’a oublié la fin de l’histoire. D’où une certaine inquiétude à voir l’homme ainsi flotter dans son habit de présidentiable

  • yoyo5a
    yoyo5a     

    Bilan Quinquénnat de Nicolas dressé par un journal economique
    Le quinquennat Sarkozy passé au crible d'un think tank libéral Publié tous les six mois ces cinq dernières années, le dernier baromètre du think tank libéral Institut Thomas More revient sur le bilan du Président de la République. Verdict mitigé, avec un point noir : l'état des finances publiques du pays.<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< Les ratés du quinquennat majoritairement expliqués par la crise Mais il convient de donner un sens à ce passif important. La crise et ses effets y tiennent une responsabilité certaine. Car, à y regarder de près, ce sont majoritairement les promesses de campagne du candidat de 2007 qui n'ont pu être conduites à bien. 69% des mesures « abandonnées » sont des promesses de 2007 (159 sur 231). Nombre de ces promesses, de la baisse de la pression fiscale à celle du chômage par exemple, ont été rendues impossibles par la crise. Si on peut accuser Nicolas Sarkozy d'avoir trop promis, on ne peut le rendre responsable de la sévère récession qui a frappé la France.<<<<<<<<<<< Pour autant, 7 mesures « abandonnées » sur 10 sont des promesses du candidat de 2007 : le manque de résultats concrets ressenti par un grand nombre de Français à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy tient tout entier dans ce chiffre.<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
    Si vous voulez vous renseignez tapez Jean Marichez - 19/2/2012 (economiste plutôt de gauche) dans google qui dresse un bilan sur le quinquennat de nicolas sarkosy (931 réformes en 5 ans, plus que tout autres président).

  • yoyo5a
    yoyo5a     

    Et Hollande qu'a t'il fait ?
    Il faut rendre à César ce qui lui appartient. Hollande a pris la Corrèze avec une dette de 298 millions d'euros. Mais qu'a t-il fait depuis ? Il y a eu la crise et on ne l'a pas entendu faire des leçons au président Sarkozy pendant cette crise. Il n'avait aucune solution dans les tiroirs. Mais pendant la crise il était président de la Corrèze. Qu'a t-il fait ? D'abord du clientélisme plein pot. Il a fait passer les effectifs de la région de 831 salariés en fin 2007, à 1218 fin 2009. Ce faisant il a augmenté les charges de la région pour les 60 années à venir. Ensuite, il a acheté 5000 ordinateurs pour les élèves de 5ième, et 4000 ipad pour les élèves de 6ième. Soit une dépense de 10 millions d'euros en pleine crise internationale. Pendant que Sarkozy se battait pour sauver les emplois et les banques françaises, Hollande jouait au père noël. Pour finir, Hollande a demandé à l'état une rallonge de 700 millions d'euros. Sa solution c'est de répartir la dette de la Corrèze sur tous les français, ainsi sa région sera la moins endettée de France. En réalité, Hollande comme tous les socialistes européens s'est comporté pendant la crise, comme si celle-ci était étrangère à sa gestion. L'on n'ose pas imaginer ce qu'il aurait fait s'il avait été président. Le sort des français aurait été identique aux sorts de tous les peuples européens dirigés par des socialistes. La Grèce, l'Espagne, le Portugal, sont là pour nous montrer ce que le président Sarkozy a évité aux Français.<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<
    Corrèze A lire et surtout à méditer. A noter qu’une étude réalisée récemment par le Journal du Net se basant sur des données de l’INSEE et les budgets primitifs des départements français pour l’année 2010 arrivait aux mêmes conclusions, avec toutefois des chiffres encore plus élevés. La dette par habitant de la Corrèze y plafonne à 1.329 €, talonnée par celle des Hautes-Alpes (1.058 €) et celle de la Meuse (1.024 €). Alors prochaine étape la France ? toujours mëme sujet ... de 1,8 millions d'euros. Mr Hollande vient d'offrir aux collégiens corrèziens et à leurs professeurs 4000 Ipad. C'est dommage pour Archos, une société française (eh oui il y en a encore !), qui vend une tablette deux fois moins cher. Et ça prétend diriger un jour le pays...

  • yoyo5a
    yoyo5a     

    Il faut rendre à César ce qui lui appartient. Hollande a pris la Corrèze avec une dette de 298 millions d'euros.
    Mais qu'a t-il fait depuis ?
    Il y a eu la crise et on ne l'a pas entendu faire des leçons au président Sarkozy pendant cette crise. Il n'avait aucune solution dans les tiroirs.
    Mais pendant la crise il était président de la Corrèze. Qu'a t-il fait ?
    D'abord du clientélisme plein pot. Il a fait passer les effectifs de la région de 831 salariés en fin 2007, à 1218 fin 2009. Ce faisant il a augmenté les charges de la région pour les 60 années à venir.
    Ensuite, il a acheté 5000 ordinateurs pour les élèves de 5ième, et 4000 ipad pour les élèves de 6ième. Soit une dépense de 10 millions d'euros en pleine crise internationale.
    Pendant que Sarkozy se battait pour sauver les emplois et les banques françaises, Hollande jouait au père noël.
    Pour finir, Hollande a demandé à l'état une rallonge de 700 millions d'euros. Sa solution c'est de répartir la dette de la Corrèze sur tous les français, ainsi sa région sera la moins endettée de France.
    En réalité, Hollande comme tous les socialistes européens s'est comporté pendant la crise, comme si celle-ci était étrangère à sa gestion.
    L'on n'ose pas imaginer ce qu'il aurait fait s'il avait été président. Le sort des français aurait été identique aux sorts de tous les peuples européens dirigés par des socialistes. La Grèce, l'Espagne, le Portugal, sont là pour nous montrer ce que le président Sarkozy a évité aux Français.

    Corrèze
    A lire et surtout à méditer. A noter qu’une étude réalisée récemment par le Journal du Net se basant sur des données de l’INSEE et les budgets primitifs des départements français pour l’année 2010 arrivait aux mêmes conclusions, avec toutefois des chiffres encore plus élevés. La dette par habitant de la Corrèze y plafonne à 1.329 €, talonnée par celle des Hautes-Alpes (1.058 €) et celle de la Meuse (1.024 €). Alors prochaine étape la France ?
    Par YOYO2a - le 06/04 à 17:26signaler un abus
    toujours mëme sujet
    ... de 1,8 millions d'euros. Mr Hollande vient d'offrir aux collégiens corrèziens et à leurs professeurs 4000 Ipad. C'est dommage pour Archos, une société française (eh oui il y en a encore !), qui vend une tablette deux fois moins cher. Et ça prétend diriger un jour le pays...

  • yoyo5a
    yoyo5a     

    Le quinquennat Sarkozy passé
    au crible d'un think tank libéral
    Publié tous les six mois ces cinq dernières années, le dernier baromètre du think tank libéral Institut Thomas More revient sur le bilan du Président de la République. Verdict mitigé, avec un point noir : l'état des finances publiques du pays.
    Les ratés du quinquennat majoritairement expliqués par la crise
    Mais il convient de donner un sens à ce passif important. La crise et ses effets y tiennent une responsabilité certaine. Car, à y regarder de près, ce sont majoritairement les promesses de campagne du candidat de 2007 qui n'ont pu être conduites à bien.
    69% des mesures « abandonnées » sont des promesses de 2007 (159 sur 231).
    Nombre de ces promesses, de la baisse de la pression fiscale à celle du chômage par exemple, ont été rendues impossibles par la crise. Si on peut accuser Nicolas Sarkozy d'avoir trop promis, on ne peut le rendre responsable de la sévère récession qui a frappé la France.
    Pour autant, 7 mesures « abandonnées » sur 10 sont des promesses du candidat de 2007 : le manque de résultats concrets ressenti par un grand nombre de Français à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy tient tout entier dans ce chiffre.
    Retraites, dialogue social, entreprises, sécurité : l'exécutif droit dans ses bottes
    A l'approche du premier tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a d’abord besoin de ressouder son «électorat naturel », longtemps échaudé, autour de son action. Face à ses adversaires, il peut faire valoir certains résultats propres à satisfaire son socle électoral, ou à le reconquérir. Ainsi n'a-t-il rien lâché sur l'essentiel de la réforme des retraites de 2010 et a-t-il fait ce qu'il avait dit :
    Retraites : notre Baromètre accorde la note de 14,5/20. La note de cohérence de la réforme est de 14/20 : cela signifie qu'il y a peu d'échecs ou de ratés (mesures « altérées », « inachevées » ou « abandonnées ») par rapport au nombre total des mesures.
    Assumant l'épreuve de force avec les syndicats – convaincu que son « électorat naturel » lui en saura gré–, Nicolas Sarkozy n'a pas transigé. Il avait peu promis en matière de dialogue social et a globalement fait ce qu'il avait dit.
    Dialogue social : notre Baromètre accorde la note de 11/20. La note de mise en oeuvre des réformes est de 15,5/20 : cela signifie qu'il y a une proportion satisfaisante de mesures déjà adoptées (« réalisées » et « altérées ») par rapport au nombre total des mesures.
    La création d'emplois, la croissance, la création de richesses, chacun le sait, ce sont les entreprises. Avec le plan de relance en particulier, le gouvernement a cherché à maintenir pendant cinq ans le cap d'une politique qu'il voulait incitatrice :
    Entreprises : notre Baromètre accorde la note de 14/20. La note de mise en oeuvre des réformes est de 15/20 : cela signifie qu'il y a une proportion satisfaisante de mesures déjà adoptées (« réalisées » et « altérées ») par rapport au nombre total des mesures.
    Sur le front de la justice et de la sécurité, on assiste à un redressement spectaculaire – quatre points supplémentaires – depuis un an et demi. Bien lui en a pris puisque la campagne de 2012 a remis, à travers des évènements dramatiques, la sécurité au centre du débat :
    Justice et sécurité : notre Baromètre accorde la note de 12,5/20. La note de mise en oeuvre des réformes est de 14/20 : cela signifie qu'il y a une proportion satisfaisante de mesures déjà adoptées « réalisées » et « altérées ») par rapport au nombre total des mesures.
    On le voit donc, sur ces sujets historiquement clivants, sur lesquels l’exécutif espère que les Français lui seront reconnaissants de n'avoir pas cédé, les résultats sont globalement au rendez-vous.

  • gan
    gan     

    Coût des mesures de Mélenchon

    Le remboursement à 100 % des dépenses de santé voulu par Mélenchon, lunettes et soins dentaires inclus, coûterait entre 23 et 76 milliards par an en fin de mandat. Le Front de gauche évalue le coût de cette réforme à 40 milliards d’euros.

    Mélenchon veut également le droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous (à 75 % du salaire de référence), ce qui coûterait au moins 27 milliards par an en fin de mandat.

    L’ ‘Institut estime que les propositions de Mélenchon concernant l’ éducation coûteraient entre 21 et 25 milliards par an en 2017. Le Front de gauche chiffre cette proposition à 10 milliards. Parmi ces mesures, le rétablissement des 60 000 postes supprimés dans l’Éducation nationale depuis 2007 représenterait 1,9 à 2,2 milliards par an.

    Mélenchon compte financer toutes ces dépenses avec 160 milliards d’euros de hausses d’impôt et réductions des niches fiscales.

    Selon l’Institut de l’entreprise, la taxation des revenus de la spéculation financière et immobilière pénaliserait en fait les épargnants pour 8,7 à 9,9 milliards par an en fin de mandat. Mais il y a pire.

    L’ Institut de l’entreprise estime également que la suppression de 30 milliards d’exonérations de charges sur les bas salaires, combinée à la hausse du smic à 1700 euros brut, entraînerait la destruction de 800 000 emplois et donc la hausse du chômage. Le coût de cette hausse du chômage serait de 10 milliards d’euros.

  • arthur07
    arthur07     

    C'est comme si vous posiez la question,N.Sarkozy est-il honnéte?Bien sur que non,en seuleument 5 ans,il aruiné la France,et enrichi ces amis.Il a magouillé de partout,menti sans cesse,trompé le peuple,laisser l'insécurité grandir a un niveau jamais connu.Et pour finir,son programme s'inspire des questions des instituts de sondage posées au gents,et que bien sure il ne tiendra nullement.

  • YOYO2a
    YOYO2a     

    En 2007 je n'avait pas voter pour Sarkosy(je me suis abstenu au 2éme tour). Et jusqu'à recemment je ne comptais pas voter pour lui mais devant tous ce qui était dit sur sa personne j'ai cherché a en savoir plus sur son bilan et sur celui de ces concurents aux resposabilités qu'il ont exercés et j'ai decouvert un texte ecrit par un économiste de gauche qui faisait une hénumeration de toutes les réformes engagées par Sarkosi durant son quinquénat (931 réformes en cinq ans)et là jai commencé à me poser des questions, tout le monde socialistes et journalistes ne cessent de nous répéter à longueur que Sarkosi n'a rien fait durant ces 5 ans voilà le lien si vous voulez vous renseignez sur la vérité sur ce quinquénat http://www.lescrutateur.com/article-tribune-les-resultats-de-nicolas-sarkozy-par-jean-marichez-99864702.html. Et puis j'ai pu voir différents candidats dans leur déplacement de campagne pour me forger une opinion plus terre à terre et ensuite je me suis documenté pour en savoir plus sur leur parcour politique, leur train de vie car quand on se dit de gauche il faut etre transparent sur tous ce qui à trait à l'argent et ne pas jouer un rôle en public.

Lire la suite des opinions (366)

Votre réponse
Postez un commentaire