"Le statut d’auto-entrepreneur est très avantageux: je ne comprends pas ceux qui s’en plaignent!"
 

"Le statut d’auto-entrepreneur est très avantageux: je ne comprends pas ceux qui s’en plaignent!", dit Eric Brunet. D’accord? Pas d’accord? Votez et écoutez Radio Brunet de 13h à 15h. "Le statut d’auto-entrepreneur est très avantageux: je ne comprends pas ceux qui s’en plaignent!"

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Aurélien Bonnaventure
    Aurélien Bonnaventure     

    Je suis AE depuis 2014, et ça marche si bien qu'en 2017 j'ai du faire attention à ne pas dépasser le seuil de CA maximal.
    Les problèmes décrits sont soit les mêmes que pour tous les indépendants et patrons (donc rien à voir avec le statut) soit dûs au manque d'expérience des auto entrepreneurs, qui ne savent pas gérer leur "positionnement marketing", leur tarifs, leur marge, etc... Un peu comme un gosse qui vend 4 ou 5 carambars à la récréation : il fait un peu de chiffre d'affaire mais ne sait pas pour autant développer une multinationale de vente de carambars !

  • tao Pebeyre
    tao Pebeyre     

    dans la batimant s'est la legalisation du travail au noir.
    il declare les minima et la reste au , le jour de controle il font une facture si non rien ne les y oblige.

  • adelin dijoux
    adelin dijoux     

    Bonjour Eric.

    Je suis artisan, aujourd'hui je fais 90000km par an pour travailler.

    Je m'occupe des papiers inhérent à l'entreprise, je fais le travail sur les chantiers etc.

    Aujourd'hui les auto entrepreneur permet de travailler sans comptable. Ce qui veux dire que certains auto entrepreneur travail sans ne rien déclarer et font chuter les prix du marché.

    Je p3nse que beaucoup d'auto entrepreneur se lance dans lenteprenariat sans rien connaître et sans avoir la fibre entrprenarial non plus. C'est une solution de secours pour certain.

    Appel moi on en discute

  • adelin dijoux
    adelin dijoux     

    Bonjour Eric.

    Je suis artisan, aujourd'hui je fais 90000km par an pour travailler.

    Je m'occupe des papiers inhérent à l'entreprise, je fais le travail sur les chantiers etc.

    Aujourd'hui les auto entrepreneur permet de travailler sans comptable. Ce qui veux dire que certains auto entrepreneur travail sans ne rien déclarer et font chuter les prix du marché.

    Je p3nse que beaucoup d'auto entrepreneur se lance dans lenteprenariat sans rien connaître et sans avoir la fibre entrprenarial non plus. C'est une solution de secours pour certain.

    Appel moi on en discute

  • Alexandre Conte
    Alexandre Conte     

    Je suis artisan, et je suis fou en entendant cette dame , elle vient de comprendre ce que coûte une entreprise , quand une entreprise fait un devis à 6000 euros ce n'est pas dans la poche du patron mais à 75 % dans les charges , les assurances comptable, etc. .
    Pour ceux qui font que de la main d'oeuvre lautoentreprise est beaucoup plus intéressant que l'entreprise individuelle. Mais il faut des infos de gestion, de comptabilité avant de se lancer.
    Quand on est artisan, on a autant de poids devant les clients que les autoentrepreneurs.
    Il faut environ 6000 euros de chiffre daffaires ht de main d'oeuvre pour avoir environ 1500 euros à se donner à la fin du mois .

  • Claire Pusel
    Claire Pusel     

    Ce dont se plaint l'invitée, c'est en réalité le quotidien de tous les patron.
    Etre auto entrepreneur c'est avoir crée une entreprise. Elle en est donc la dirigeante ! Et c'est à elle de se débrouiller pour trouver des contrats, faire un bon devis, se faire payer, etc... et refuser les contrats qui ne seront pas intéressants.
    Ce statut est évidemment très intéressant. Si elle avait une EURL ou SASU ou autres, elle aurait encore plus d'obligations et de coût avant de pouvoir gagner quelque chose.

    Gabriel Sclafer
    Gabriel Sclafer      (réponse à Claire Pusel)

    J'ai été obligé par une entreprise de me mettre en statut auto-entrepreneur pour travailler avec eux (on était tous sous le même statut parce que l'entreprise n'embauchait pas et donc pour travailler avec elle, ce n'était pas du tout un choix mais une contrainte et c'est le cas pour un nombre énorme de cas... dont mon frère dans une autre branche).

    Donc cette dame a raison et c'est la précarité institutionnalisée!

Votre réponse
Postez un commentaire