Les syndicalistes hooligans ne doivent plus participer aux négociations de sauvetage d’Air France

Eric Brunet.
 

Pour Eric Brunet, les syndicats hooligans ne doivent plus participer aux négociations de sauvetage d’Air France. D'accord ou pas? Votez et écoutez Carrément Brunet de 13h à 14h sur RMC. Les syndicalistes hooligans ne doivent plus participer aux négociations de sauvetage d’Air France

Votre opinion

Postez un commentaire

41 opinions
  • gege29
    gege29     

    LA REVOLUTIONA COMMENCE COMME CELA

  • Christyan
    Christyan     

    Des gens primaires , élus par des primaires !! Ils ne représentent plus RIEN !!

  • Ce38
    Ce38     

    Qui sont les voyous? Les salariés qui vont perdre leur travail et se retrouver au chômage avec les perspectives que l'on connaît aujourd'hui ou alors ces patrons qui s'engraissent qui ne font eux aucun effort et regardent d'un regard méprisant les salariés.
    Mettez vous 5 minutes dans la peau des salariés, et pas dans celle des politiques et de certains journalistes qui visiblement vivent dans un autre monde.

  • gege29
    gege29     

    et pourquoi un Pdt de parti,mis en examen,preside un parti politique
    rien a dire Mr Brunet

  • AMGC
    AMGC     

    Quel scandale ! Quand nous savons que ces personnes ne représentent que 7 % des salariés français !

  • J Ripleure
    J Ripleure     

    « Les syndicalistes hooligans ne doivent plus participer aux négociations de sauvetage d’Air France » ! Je ne vote pas lorsque la question est fermée !

    Une fois de plus, la question (si question il y a) est très mal posée :

    Je ne soutiens pas davantage les vandales extrémistes de certains syndicats (sont-ils encore représentatifs ?) que les querelleurs profiteurs d’une direction sans imagination (Syndicat Medef, …)

    Les premiers veulent tout pour rien à leur profit alors que les autres veulent tout pour rien à leur profit ! Vous n’avez pas compris ?

    Les premiers veulent conserver les « zavantages zaquis » dans une entreprise qui n’est plus capable de les leur offrir alors que les seconds veulent attirer des employés à bas coûts, si possible immigrés récents… jouant les rémunérations à la baisse.

    Ne cherchez pas : C’est inconciliable ! Et Brunet, avec ses questions à deux balles ne parvient pas à poser un sujet de débat intelligemment en présentant les deux aspects.

    Donc, pas de question, pas de solution, pas de débat ! A la prochaine…

    ----------------------

    Hooligan (Houligan) : casseur, vandale, querelleur, en Français.

  • J Ripleure
    J Ripleure     

    « Les syndicalistes hooligans ne doivent plus participer aux négociations de sauvetage d’Air France » ! Je ne vote pas lorsque la question est fermée !

    Une fois de plus, la question (si question il y a) est très mal posée :

    Je ne soutiens pas davantage les vandales extrémistes de certains syndicats (sont-ils encore représentatifs ?) que les querelleurs profiteurs d’une direction sans imagination (Syndicat Medef, …)

    Les premiers veulent tout pour rien à leur profit alors que les autres veulent tout pour rien à leur profit ! Vous n’avez pas compris ?

    Les premiers veulent conserver les « zavantages zaquis » dans une entreprise qui n’est plus capable de les leur offrir alors que les seconds veulent attirer des employés à bas coûts, si possible immigrés récents… jouant les rémunérations à la baisse.

    Ne cherchez pas : C’est inconciliable ! Et Brunet, avec ses questions à deux balles ne parvient pas à poser un sujet de débat intelligemment en présentant les deux aspects.

    Donc, pas de question, pas de solution, pas de débat ! A la prochaine…

    ----------------------

    Hooligan (Houligan) : casseur, vandale, querelleur, en Français.

  • Google-114934119023315262055
    Google-114934119023315262055     

    En tous les cas Chapeau à cet homme qui souhaite reprendre le dialogue avec les syndicats.
    Ce qui me choque c'est que pour certains syndicats, rien de grave ne s'est passé. Un vigile est à l’hôpital mais ce n'est pas grave il représentait l'Etat (comme si cela était une justification)..
    Je suis d'accord avec Eric pour dire qu'ils sont absolument irresponsables. De toute manière il est bien connu que bons nombre de représentants des syndicats en ont que faire du personnel, ils pensent à leur personne et ont une haine du patronat et feront tout pour empêcher le dialogue. C'est triste et pathétique.

  • Kmisol
    Kmisol     

    une chemise, il a les moyens
    par contre la porte pour certains premièrement c'est nous qu'on paye comme disait coluche et deuxièmement ils vivent avec quoi les gens
    car une chose est oublié les chefs qui ont mis la misère à l'entreprise par leurs décisions ils font quoi eux

  • sipernova
    sipernova     


    MANENTIAL

    06/10/2015 à 13h19


    ET ENCORE CE N'EST QUE LA CHEMISE !
    La meute est de sortie. La violence à Air France déchaîne la caste des bienpensants. La violence sans limite de la mort sociale à laquelle sont condamnées les victimes des plans de licenciements ne tirent ni une larme ni un reportage : suicides, dépressions, divorces, rien de tout cela n'empêchera les belles personnes de se sentir tout le temps dans leur bon droit ni leurs griots médiatiques de hurler en meute. Leurs indignations sélectives sont aussi vieilles que notre lutte. Jaurès aura déjà tout dit, après Victor Hugo et Gracchus Babeuf sur ce thème: « Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continueront la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connue des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. Cela ne fait pas de bruit ». Jean Jaurès devant l'Assemblée nationale, 19 juin 1906.
    Jean Luc Melenchon

Lire la suite des opinions (41)

Votre réponse
Postez un commentaire

    A lire aussi

    BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(383b633b503cd318cbd467db4f09b3e9) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(615c0344c4bc98af388e296a99a050f5) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(cfdbc7f55a6125dc7b702e77c1e56c2c) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(32ae17fba3bae99033f6383fec0772ec) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(9392adb00553e09ace3655ed6d65af3c) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(05a47b74a31199c1f904e07e203d52f0) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(ab807544fe5087e09fa6c3fd2657a10c) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(ee35ae5c6959d735043d059550329e9f) BackBee\ClassContent\ArticleOpinion\ArticleOpinion(cd4348ba9bb0cf17d2ed2a93d7bf62df)