Malgré une mauvaise cote, Sarkozy reste la meilleure chance de la droite